Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ANJASHI WA TSHUMBE
  • ANJASHI WA TSHUMBE
  • : Un espace web pour informations et communications, échanges et contacts, analyses, opinions et débats sur la vie. Champs d'intérêt: Vie de l'Église Catholique Romaine et vie en République Démocratique du Congo.
  • Contact

Profil

  • Pierre Claude OKONDJO
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.

Rechercher

4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 21:00

Kinshasa, le 15 août 2008 –(DIA)- La télévision devient de plus en plus le média de référence des enfants. Ceux-ci naissent et grandissent avec sa présence toujours constante en famille. Les parents se plaignent de ses effets. Les associations familiales dénoncent certains comportements et mettent en cause les producteurs, les régisseurs et les diffuseurs des programmes. Elles interpellent les pouvoirs publics. L’Église se place devant la conscience de sa mission prophétique et proclame l’Évangile de vérité pour libérer l’homme de l’esclavage des intérêts égoïstes. C’est ce qu’affirme l’abbé Jean-Pierre Claude OKONDJO WANDJA dans la thèse de doctorat qu’il a défendue publiquement le 25 juin 2008 à l’Université Pontificale de la Sainte Croix de Rome, en Faculté des Sciences de Communication Sociale et Institutionnelle. Il a exprimé ce point de vue au cours d’un entretien accordé à l’Agence DIA (Documentation et Information pour l’Afrique) le 13 août 2008, à Kinshasa, en République Démocratique du Congo.

 

«La famille à l’épreuve de la culture télévisuelle. Repères pour un guide pastoral» sont le titre et le sous-titre de ce travail scientifique. Pour ce prêtre congolais, en République Démocratique du Congo, la télévision ne représente pas encore un danger pour la famille. Dans les endroits où il n’y a ni électricité, ni énergie solaire elle ne constitue pas une préoccupation. Mais, a-t-il relevé, le problème commence déjà à se poser avec acuité dans les milieux urbains où la télévision a réussi à élire domicile dans beaucoup de famille jusqu’à faire intrusion dans les chambres des enfants de certains ménages.

 

Prenant en compte certains effets de la télévision –effets de la publicité, de la pornographie et de la violence -, le prêtre cherche à proposer dans sa thèse quelques éléments pratiques pour un usage critique et responsable de la télévision. Car, affirme-t-il, vivre avec la télévision, c’est légitime, mais vivre par la télévision, c’est un risque.

 

Dans la réalisation de sa thèse, l’abbé Claude OKONDJO a indiqué qu’il ne s’est pas seulement contenté d’exploiter les documents du Magistère, mais il a également bénéficié de contacts des associations familiales qui sont nées comme organes en faveur de la promotion de la sécurité des familles surtout dans la protection des membres les plus vulnérables et sans défense que sont les enfants et promouvoir le bien de toute la société. Au registre des effets des actions en faveur de la famille (dénonciations, marches de protestation, etc.), l’abbé fait observer que certaines associations ont réussi à faire adopter des sanctions par les instances autorisées en infligeant des lourdes amendes à l’endroit des hors-la-loi.

 

Déterminé à réussir le pari, l’abbé OKONDJO plaide pour l’incorporation de l’étude d’éducation aux médias dans le programme national scolaire. Il invite «les institutions religieuses à participer et à collaborer à cette éducation dans leurs actions pastorales. Les enfants, quant à eux, doivent comprendre qu’ils sont encore jeunes, sans beaucoup d’expérience et facilement vulnérables. Ils doivent alors chercher à vivre et bien vivre en restant à l’écoute de leurs parents. Les pouvoirs publics doivent garantir la sécurité et le bien de la famille en légiférant sans complaisance», a soutenu l’abbé. En vulgarisant ce travail, l’auteur entend sensibiliser tout cœur humain à se mobiliser pour  la défense de la famille à travers la mise en pratique des repères y proposés.

 

Il se propose également de mettre à la disposition des acteurs de la vie sociale et institutionnelle un précieux instrument de travail qui puisse leur permettre de discerner des programmes préjudiciables dans la consommation de la télévision. Il a précisé que ses recherches se sont penchées particulièrement sur les familles avec enfants. Les préoccupations de la famille, cellule de base de la société, avait-il ajouté, existent non seulement en Europe, mais aussi en Afrique. Raison pour laquelle, il est plus qu’urgent, juge le prêtre, de penser à prévenir le danger de la culture télévisuelle en Afrique, en général, et en République Démocratique du Congo, en particulier en préparant les familles à connaître les effets sociaux de la télévision et à les affronter. Si en Europe ce travail constitue un instrument de lutte contre la culture télévisuelle, en Afrique il est conçu comme un travail d’avant garde».

 

Concluant l’interview, monsieur l’abbé affirme: "Vivre avec la télévision ne signifie pas bannir la télévision du foyer, mais plutôt changer les cœurs des producteurs et des consommateurs en les invitant à écouter la voix du cœur et de la conscience. Les effets négatifs de la télévision engagent la responsabilité de tous. Ainsi, pour réussir la réorganisation de la vie familiale avec la télévision, je recommande le partenariat des médias traditionnels pour la socialisation et l'éducation des jeunes et des enfants: les contes, les proverbes, le théâtre sont d'une valeur pédagogique non négligeable. Par ailleurs, je mets à la disposition des parents, des professionnels des médias, des éducateurs en milieux scolaires, des autorités législatives, des médias eux-mêmes, des téléspectateurs, de l'Église et des associations familiales un certain nombre d'éléments capables de favoriser un usage critique et responsable de la télévision".  

 

L’abbé Jean-Pierre Claude OKONDJO est prêtre du diocèse de Tshumbe, au Sankuru, dans la Province du Kasaï-Oriental, en République Démocratique du Congo depuis 1985. A l’issue de la soutenance de sa thèse il a été proclamé Docteur en Sciences de Communication Sociale et Institutionnelle.
(Agence Catholique D.I.A.
www.dia-afrique.org) 



Membres du Jury

Leçon orale

Discussion





Acclamation du Jury et proclamation

Texte du Serment

Prestation de serment

Agapé et divers








 

079.jpg



 



 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Agence Catholique D.I.A. -www.dia-afrique.org - dans SCIENCE ET CULTURE
commenter cet article

commentaires