Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DIOCÈSE DE TSHUMBE

DIOCÈSE DE TSHUMBE

Église Catholique au Sankuru, République Démocratique du Congo.


BÉNÉDICTION DE L’ÉGLISE PAROISSIALE DE WEMBE SAINT PIERRE

Publié par Pour la chancellerie, Abbé Jean-Pierre EKOMBO sur 7 Août 2018, 18:59pm

Catégories : #EVENEMENTS

Le dimanche 05/08, 18ième dimanche du temps ordinaire de l’année liturgique B était fixée par la commission liturgique en collaboration avec la paroisse, pour la bénédiction de l’église paroissiale dont les travaux furent initiés depuis quelques années. Dans une atmosphère ombrée par la tristesse de la mort, la force de la foi en la résurrection ne démobilisa la communauté paroissiale et l’évêque lui-même à célébrer solennellement la sainte messe pour la bénédiction de l’église paroissiale, de l’autel, du lutrin et la dédicace de l’autel.

Tout a commencé à 8h30’ par la présentation de l’historique de l’église et la gratitude de la communauté diocésaine alternativement à l’égard de l’abbé Pierre NDJOVU dont un ami américain est le principal financier de cette construction, des travailleurs qui se sont investis localement pour la réalisation de cette maison de Dieu, des membres de la paroisse pour leur contribution locale et dans son mot d’introduction avant la grande procession, l’évêque n’a pas ménagé son mot pour remercier le Seigneur qui a daigné offrir un lieu de culte rapproché à cette communauté autrefois contrainte d’effectuer au mois quatre kilomètres pour atteindre la paroisse Sainte Marie. La procession allant au rythme des chants scandés par l’assemblée. Par un rite liturgique ad hoc, l’évêque ouvrit la porte de l’église à la satisfaction totale de la communauté et y entra pour les cérémonies prescrites dans les normes liturgiques.

Pendant l’homélie cependant, l’évêque fit d’entrée de jeu, un rappel fort du choix du lieu de construction de cette église et la finalité de cette présence de Dieu au milieu de ce peuple de WEMBE. En fait, rappela-t-il, en 1997, un prêtre du nom de l’abbé Robert LUMUMBA a été froidement assassiné dans ce quartier de Tshumbe par des jeunes brigands tout simplement parce qu’il était prêtre. Et le sang de ce prêtre a suscité la bienveillance divine se concrétisant dans la fertilisation de sa Parole au milieu de ce quartier. Il a ainsi appelé ouvertement les jeunes de cette paroisse à faire montre de l’esprit d’ouverture envers Dieu et à fermer leurs cœurs aux sentiments inférieurs de violence, atrocités sans merci entre eux et envers les jeunes des autres quartiers,… Au terme de cette exhortation ponctuelle, le prélat a fait un pacte avec le jeune les poussant à laisser installer le Seigneur et Sauveur dans leurs cœurs, scandant le slogan traditionnel « Weeloo, weeloo koo.»  A la suite de engagement solennel oral, l’évêque a déclaré aux jeunes de ce quartier dont le président était constamment présent, l’organisation de la rencontre de tous les jeunes du diocèse de Tshumbe dans cette paroisse en vue de participer au niveau diocésain à la Journée Mondiale de la Jeunesse.

Après ce message et ce signal fort donné à la communauté juvénile paroissiale, le prélat a développé le thème du jour se concentrant principalement sur le discours tenu par Jésus dans la synagogue de Capharnaüm pour expliquer aux chrétiens la signification de la manne reçue dans le désert. Le prélat fit noter non seulement la pertinence de Jésus présent dans le Saint Sacrement à travers cet édifice à lui dédié, lieu où chacun de ces fidèles pourrait venir puiser les grâces divines en abondance, mais aussi la nécessité pour chaque fidèle de rendre présent Jésus dans sa vie quotidienne par le fait que chacun de nous, signifia-t-il, devient temple du Saint Esprit, expression et prolongement de l’amour et de la charité divine vers tous.

A la fin de la messe, l’assemblée paroissiale fut contrastée dans ses sentiments : grande joie de voir l’évêque transformer l’édifice en maison de Dieu, confier la clé de l’église et du tabernacle à l’abbé Joseph LOMENDJA qui en est curé et qui la représente d’une part, et d’autre part l’inadéquation de festoyer comme prévu à cause de la nouvelle de la mort de l’abbé Adrien tant aimé, nouvelle encore fraiche. « Aliud est celare, aliud tacere » (cacher est une chose, taire en est une autre) comme disaient les latinistes. Et il fut difficile de contenir la forte émotion euphorique des jeunes qui s’étaient systématiquement préparés à célébrer avec faste l’événement qui ne se répète que rarement.

 

 

Pour la chancellerie,

 

Abbé Jean-Pierre EKOMBO

BÉNÉDICTION DE L’ÉGLISE PAROISSIALE DE WEMBE SAINT PIERRE
BÉNÉDICTION DE L’ÉGLISE PAROISSIALE DE WEMBE SAINT PIERRE
BÉNÉDICTION DE L’ÉGLISE PAROISSIALE DE WEMBE SAINT PIERRE
BÉNÉDICTION DE L’ÉGLISE PAROISSIALE DE WEMBE SAINT PIERRE
BÉNÉDICTION DE L’ÉGLISE PAROISSIALE DE WEMBE SAINT PIERRE
BÉNÉDICTION DE L’ÉGLISE PAROISSIALE DE WEMBE SAINT PIERRE
BÉNÉDICTION DE L’ÉGLISE PAROISSIALE DE WEMBE SAINT PIERRE
BÉNÉDICTION DE L’ÉGLISE PAROISSIALE DE WEMBE SAINT PIERRE
BÉNÉDICTION DE L’ÉGLISE PAROISSIALE DE WEMBE SAINT PIERRE
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents