Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DIOCÈSE DE TSHUMBE

DIOCÈSE DE TSHUMBE

Église Catholique au Sankuru, République Démocratique du Congo.


LA MORT DU RÉVÉREND PÈRE MARTIN FRIPONT, PASSIONISTE

Publié par P. Vital OTSHUDIALOKOKA ONASAKA, CP Supérieur - Vice provincial. sur 30 Avril 2018, 12:08pm

Catégories : #ANNONCE DU DECES

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès du Père Martin Fripont par le Très Révérend Père Provincial, Frans Damen, le 18 avril 2018. Il est donc parti à 82 ans de vie terrestre. Nous, passionistes congolais qui l’avons connu pendant longtemps ainsi que le clergé séculier du diocèse de Tshumbe pour qui il a dédié toute sa vie, nous conservons de lui les souvenirs d’un missionnaire, d’un formateur et d’un homme qui a voué sa vie au service des autres. Pourquoi ne pas lui dire merci, fût-ce à titre posthume!

 

MISSIONNAIRE

 

Comme missionnaire, le p. Martin est arrivé très jeune au Congo où il a passé pratiquement toute sa vie au service de l’Eglise. Comme missionnaire, sa première préoccupation était la formation des jeunes. Que ce soit au Sankuru, à Kinshasa ou dans la Province de Bandundu, actuellement Province de Kwilu, et précisément dans la mission catholique de Lumbi où il a œuvré. Le p. Martin n’a pas épargné ses énergies pour annoncer l’amour de Dieu aux hommes et de former les agents de l’évangélisation, la relève de demain. Pour que l’Évangile du salut soit accueilli par ses frères et sœurs, et que le message soit transmis efficacement,  le p. Martin a dû apprendre les langues et les cultures des populations auprès de qui il a été envoyé: il avait donc appris l’Otetela, le Kikongo et le Lingala. Il n’a jamais eu d’hésitation dans l’apprentissage d’une langue locale. Il a su aussi affronter les rudes conditions de vie et de travail des congolais. Avec le courage du missionnaire, il a aimé ses frères congolais, en mangeant et en buvant avec eux.

                                                          

FORMATEUR

 

Le Père Martin est arrivé en République démocratique du Congo du temps où le pays s’appelait Zaïre. Sur le sol zaïrois, disais-je, sa première mission était celle d'être avec les jeunes, de les former; et en tant que formateur, le p. Martin a laissé une empreinte particulière au Congo. Nombreux sont ceux qui évoluent dans le secteur de l’évangélisation. Ces agents pastoraux l’ont eu comme enseignant des sciences et des mathématiques. Au Petit Séminaire Onema-Ototo, particulièrement, l’enseignement du Père Martin avait contribué à donner au Diocèse de Tshumbe les premières générations des prêtres séculiers. Comme formateur, il était à la disposition des petits séminaristes d’Onema-Ototo jusqu’au moment où il était appelé à rendre service à la Congrégation en assumant la charge de Maître des novices en 1981. Du premier groupe de novices qu’il avait formés, nous ne sommes aujourd’hui qu’à deux. C’est bien lui que la plupart des passionistes congolais avaient connu comme maître des novices. De lui, nous avons appris à aimer la Congrégation, son Fondateur, son charisme et son histoire. Sa présence constante dans son bureau et dans la communauté évoquait de façon éloquente son souci de bien faire et la joie de servir. Sa ponctualité et sa ténacité aux exercices communautaires, à l’ordre, à la propreté et à la rigueur dans le travail n’était que l’expression d'un coeur qui voulait répandre la joie à tous pour une vie commaunautaire agréable. Dans un Congo où les gens perdent de plus en plus le sens du travail bien fait,  où les jeunes sont à la recherche du gain facile, et où l’esprit de créativité, de l’ordre et de la propreté laissent à désirer, le Père Martin nous a appris que le passioniste congolais doit être un vrai défenseur aussi bien des valeurs évangéliques qu’humaines. A part la formation, il a assuré aussi la charge d’économe Vice Provincial vers la fin de son séjour au Congo. Une responsabilité qu’il a assumée avec compétence et intégrité.

 

CULTURE

 

Dans la culture, le Père Martin était un homme de hautes et grandes qualités. Attentif, non seulement à la culture religieuse, il avait aussi le souci de former l’homme, tout l’homme, afin de lui faire découvrir la voie du bien-être. À jour sur ce qui se passait dans le monde, il s’intéressait aussi bien au religieux, au politique qu’au social. S’il a, certes, aimé sa propre culture, plus particulièrement celle de Zutendaal, il n’a pas sous-estimé la culture des Atetela, des Bakongo et des autres peuplades du Congo ou du monde. Il a dansé avec nous nos danses africaines. Il a parlé nos langues et a chanté dans nos langues. A la suite du P. Alfons Smet et avec le concours du p. Guy Tellier, le p. Martin a contribué à la mise sur pied d’une petite bibliothèque du noviciat devenue avec le temps le lieu culturel et spirituel de la paroisse de Lumbi.

 

REMERCIEMENTS

 

Cher P. Martin, après avoir dépensé la plus grande et la plus intense partie de ta vie au Congo, tu es retourné en Belgique pour y passer les derniers moments de ton existence terrestre. Nous, tes confrères passionistes du Congo qui avons bénéficié de ta formation et de ton éducation, voulons sincèrement te dire grand merci pour avoir vécu longtemps avec nous et nous avoir appris à servir le Seigneur, l’Eglise ainsi que nos frères et sœurs du Congo et d’ailleurs. Le diocèse de Tshumbe, à travers ma modeste personne, exprime aussi sa gratitude envers toi pour ton dévouement dans la formation de petits séminaristes pendant longtemps. Tu es parti, mais ton œuvre est entrain de se perpétrer à travers les serviteurs inutiles que nous sommes. Nous sommes sûrs que, à l’instar des autres confrères qui t’ont précédé auprès du Père céleste, tu continueras à nous accompagner et à intercéder auprès du Christ afin que la mission passioniste au Congo fasse vraiment la gloire du Crucifié. De notre côté, nous prions le Seigneur qui vient de t’appeler à Lui en ce temps pascal de te donner la récompense qu’il réserve à ses serviteurs bons et fidèles.   

 

 

Fait à Zutendaal - Belgique, le 28 avril 2018.

 

P. Vital OTSHUDIALOKOKA ONASAKA, CP

Supérieur Vice provincial.

LA MORT DU RÉVÉREND PÈRE MARTIN FRIPONT, PASSIONISTE
LA MORT DU RÉVÉREND PÈRE MARTIN FRIPONT, PASSIONISTE
LA MORT DU RÉVÉREND PÈRE MARTIN FRIPONT, PASSIONISTE
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents