Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ANJASHI WA TSHUMBE
  • ANJASHI WA TSHUMBE
  • : Un espace web pour informations et communications, échanges et contacts, analyses, opinions et débats sur la vie. Champs d'intérêt: Vie de l'Église Catholique Romaine et vie en République Démocratique du Congo.
  • Contact

Profil

  • Pierre Claude OKONDJO
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.

Rechercher

6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 09:18

mandela-nelson-2.jpg

Mandela est parti

 

Mandela est là

 

Il est dans cet enfant qui réclame du pain et du lait  contre l’industrie d’armements

 

Il est dans cet homme qui revendique ses droits inaliénables bafoués par des oppresseurs

 

Il est dans la femme qui dit non à l’aliénation par l’homme, non au riche qui piétine le pauvre

 

Mandela n’est nulle part

 

Mandela est partout

 

Il est dans la parole non écoutée de ces milliers de femmes violées de l’Est de mon Congo natal

 

Mandela est dans la voix inaudible de femmes de Makobola enterrées vivantes en pleine journée

 

Sa voix résonne dans les revendications de Congolais pour leurs victimes innocentes sans justice

 

Mandela  ne respire plus

 

Mandela inspire toujours

 

Sa présence est visible dans la pluie qui arrose la terre asséchée  pour un lendemain meilleur

 

Mandela est dans le vent qui balaye la cour de toute insanité pour le bonheur de l’homme

 

Il est dans la voix de l’homme luttant  pour la liberté des autres, la vérité et non le mensonge

 

Mandela est mort

 

Mandela est vivant

 

Mandela n’est pas mort, il est vivant. Mandela est mort, les Mandela sont vivants partout

 

Symbole de la liberté, Mandela n’avait pas de couleur,  il était l’Homme de toutes les races

 

Mandela est mort, Mandela n’est pas mort. Il est vivant, il vivra pour de bon, il est éternel

 

Mandela est en toi

 

Mandela est en moi

 

Il est dans la parole de tout prisonnier privé  de  justice au monde, des voix tues, des interdits

 

Mandela c’est la voix de la conscience, qui t’invite au changement positif et à  composer   

 

Sa voix résonne dans la parole non écoutée de ceux qui revendiquent la paix contre la guerre,

 

Mandela est parti

 

Mandela est là

 

Mandela n’est pas mort, il est vivant. Mandela est mort, les Mandela sont vivants.  Partout

 

Né en Afrique du Sud, Mandela n’avait pas de pays, c’est l’icône de tous les continents

 

Mandela n’est nulle part

 

Mandela est partout

 

Mandela est mort, Mandela n’est pas mort. Il est vivant, il vivra pour de bon, il est éternel

 

Il est ce soleil qui s’annonce chaque matin et interroge l’oppresseur dans sa conscience

 

Mandela est dans chaque bouche qui prône les droits de l’homme aux  quatre coins du monde

 

Mandela est en toi

 

Mandela est en moi

 

Mandela est l’immortalité qui vibre dans l’Homme pour un monde équitable et sans oppression

 

C’est toi, c’est moi, c’est Nous, Tous, capables d’opposer  un Non au mal qui ronge l’homme

 

Afin d’écrire loyalement le Nom de l’homme pour son bien dans un monde libre et épanouissant.

 

 

 

Mwalimu Ikanga Ngozi za Balega Tchomba, Ph.D.

 

mandela-nelson-3.jpg 

mandela-nelson-5.jpg

 

mandela-nelson.jpg

Repost 0
Published by Mwalimu Ikanga Ngozi za Balega tchomba, Ph.D. - dans EVENEMENTS
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 22:53

Mandela-en-chaise.jpgNelson Mandela, héros de la lutte contre le régime raciste d’apartheid et premier président noir de l’Afrique du Sud démocratique, est mort jeudi à l’âge de 95 ans, a annoncé le chef de l’État Jacob Zuma à la télévision.

 

«L’ex-président Nelson Mandela nous a quittés (…) il est maintenant en paix. La Nation a perdu son fils le plus illustre», a déclaré le président Zuma lors d’une intervention en direct peu après 21h30 GMT.

 

«Il s’est éteint en paix (…). Notre peuple perd un père», a-t-il ajouté avant d’annoncer que les drapeaux seraient mis en berne à partir de vendredi et jusqu’aux funérailles d’État dont il n’a pas annoncé la date.

 

«Exprimons la profonde gratitude pour une vie vécue au service des gens de ce pays et de la cause de l’humanité», a-t-il enchaîné. «C’est un moment de profond chagrin (…) Nous t’aimerons toujours Madiba».

 

«Comportons nous avec la dignité et le respect que Madiba personnifiait», a ajouté M. Zuma, qui a utilisé le nom de clan du héros de la lutte contre l’apartheid, un nom utilisé familièrement par tous les Sud-Africains pour désigner leur idole.

 

«Une grande lumière s’est éteinte», a réagi le Premier ministre britannique David Cameron.

 

Nelson Mandela, qui a fêté ses 95 ans le 18 juillet, avait été hospitalisé quatre fois depuis décembre, à chaque fois pour des récidives d’infections pulmonaires.

 

Ces problèmes récurrents étaient probablement liées aux séquelles d’une tuberculose contractée pendant son séjour sur l’île-prison de Robben Island, au large du Cap, où il a passé dix-huit de ses vingt-sept années de détention dans les geôles du régime raciste de l’apartheid.

 

Absent de la scène politique depuis plusieurs années déjà, «Madiba» faisait l’objet d’un véritable culte qui dépassait largement les frontières de son pays.

 

Tour à tour militant anti-apartheid obstiné, prisonnier politique le plus célèbre du monde et premier président noir de l’Afrique du Sud, il avait été qualifié par l’archevêque Desmond Tutu, autre prix Nobel de la paix pour son engagement contre le régime sud-africain, d’ »icône mondiale de la réconciliation».

 

Mandela restera dans l’histoire pour avoir négocié pied à pied avec le gouvernement de l’apartheid une transition pacifique vers une démocratie multiraciale.

 

Et pour avoir épargné à son peuple une guerre civile raciale qui, au début des années 1990, paraissant difficilement évitable. Ce qui lui vaudra le prix Nobel de la paix en 1993, partagé avec le dernier président de l’apartheid, Frederik De Klerk.

 

Mandela a passé plus de vingt-sept ans en prison, de 1964 à 1990, devenant peu à peu devenu le symbole de l’oppression des Noirs sud-africains, tandis que le monde entier manifestait et organisait des concerts pour sa libération.

 

Mais avant même d’être libéré, il avait appris à comprendre ses adversaires –allant jusqu’à apprendre leur langue, l’afrikaans, et leur poésie–, à pardonner, et à travailler avec eux. Une fois libéré, ils les a séduits par sa gentillesse, son élégance et son charisme.

 

Sous les couleurs du Congrès national africain (ANC), Mandela a été le premier président de consensus de la nouvelle «nation arc-en-ciel», de 1994 à 1999.

 

Un rôle notamment magnifié dans le film « Invictus » de Clint Eastwood, où on le voit conquérir le cœur des Blancs en venant soutenir l’équipe nationale de rugby lors de la Coupe du monde de 1995, emportée par l’Afrique du Sud.

 

Nelson Rolihlahla Mandela était né le 18 juillet 1918 dans le petit village de Mvezo, dans le Transkei (sud-est) au sein du clan royal des Thembus, de l’ethnie xhosa.

 

Il a rapidement déménagé dans le village voisin de Qunu, où il a passé, dira-t-il, ses «années les plus heureuses» –une enfance libre à la campagne peut-être idéalisée–, avant de recevoir une bonne éducation.

 

Si son institutrice l’a nommé Nelson, son père l’avait appelé Rolihlahla («celui par qui les problèmes arrivent», en xhosa). Et Mandela a très tôt manifesté un esprit rebelle.

 

Étudiant, il est exclu de l’université de Fort Hare (sud) après un conflit sur l’élection de représentants étudiants, avant de fuir sa famille à 22 ans pour échapper à un mariage arrangé.

 

Arrivé à Johannesburg, le bouillant jeune homme prend vraiment la mesure de la ségrégation raciale qui mine son pays. C’est là, notamment au contact de Walter Sisulu, son aîné qui va devenir son mentor, que se forge une conscience politique qui a évolué avec le temps: jeune, Mandela aurait volontiers chassé les Blancs du pays.

 

Après avoir fondé la Ligue de la jeunesse de l’ANC (Congrès national africain), il prend rapidement les rênes du parti, jugé trop mou face à un régime qui a institutionnalisé l’apartheid en 1948.

 

Après l’interdiction de l’ANC en 1960, Nelson Mandela passe dans la clandestinité. C’est lui qui préside à la fondation d’une branche armée de son parti.

 

Arrêté de nouveau en 1962, il est condamné à la prison à perpétuité deux ans plus tard.

 

Pendant son procès, il prononce une plaidoirie en forme de profession de foi: «J’ai lutté contre la domination blanche et j’ai lutté contre la domination noire. Mon idéal le plus cher a été celui d’une société libre et démocratique dans laquelle tous vivraient en harmonie avec des chances égales. J’espère vivre assez longtemps pour l’atteindre. Mais si cela est nécessaire, c’est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir.»

 

Invisible en public depuis 2010, il était devenu une sorte de héros mythique, intouchable, invoqué tant par le pouvoir que par l’opposition. Il continuera longtemps à sourire chaque jour à tous ses compatriotes.

 

Source: AFP.
Mandela et Kadhafi
Mandela-et-B.-Clington.jpg
Mandela-et-M.-Jackson.jpg
Repost 0
Published by AFP - dans EVENEMENTS
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 19:11

En ces jours de clôture de l’année de la foi et au déclin de l’année liturgique en cours, le Diocèse de Tshumbe vient de connaitre des moments riches et  importants de sa vie pastorale.

 

Après la célébration du centenaire d’évangélisation de la paroisse de Katako-Kombe Saint Martin, tous les prêtres présents au diocèse, plus ou moins 45 au total, se sont aussitôt retrouvés dans l’enceinte du Grand Séminaire Interdiocésain Theologicum Jean Paul II de Shapembe à Lodja Saint Désiré, pour un grand rendez-vous annuel, celui de leur retraite sacerdotale. Elle avait pour thème: «Notre sanctification, une force féconde pour une évangélisation en profondeur».

 

L’essentiel des enseignements autour de ce thème a consisté à montrer que, contrairement à un certain sacerdoce libre et désincarné, absolu et sans contrainte que l’on aimerait vivre aujourd’hui, le sacerdoce authentique est un don reçu du Christ, vécu dans l’Eglise comme moyen de sa propre sanctification en vue de sanctifier le peuple de Dieu.

 

Le dimanche qui suivait la clôture de cette retraite, le 17 novembre 2013 dans l’Eglise nouvellement construite de la paroisse de Lodja St Désiré, S. E. Mgr Nicolas DJOMO, Evêque de Tshumbe, au cours d’une grande célébration eucharistique, a conféré l’ordination sacerdotale à sept diacres dont un membre de l’Institut des Pères passionistes de droit pontifical présent dans son diocèse.

 

Dans son homélie, l’Ordinaire du lieu a rappelé aux nouveaux prêtres la grâce du sacerdoce, don inestimable pour l’Eglise particulière mais aussi pour l’Eglise universelle. Il a aussi fait comprendre à l’assemblée les trois charges du prêtre qui consistent à enseigner, sanctifier et gouverner le peuple de Dieu par le service de la charité.

 

Exhortant les fidèles à accompagner ces jeunes prêtres de leur multiple assistance, il a aussi indiqué à ces derniers la valeur du témoignage personnel et la nécessité du respect des engagements sacerdotaux, car la fécondité de leur ministère au milieu du peuple de Dieu en dépend. Le prêtre, a-t-il conclu, est appelé lui-même à méditer les données révélées, à y croire personnellement et à les vivre avant de les annoncer au peuple de Dieu, à défaut de quoi il se mettrait tout simplement à pérorer comme un simple perroquet sans foi et sans conviction.

 

A la fin de la messe, la parole a été accordée aux nouveaux prêtres qui se sont acquittés de leur mot de gratitude envers tous. Moment d’intense émotion pour eux comme pour leurs familles, amis et connaissances, une ambiance de réjouissance indescriptible a marqué la suite de la journée

 

 

Abbé Léonard LUMBUTU

Secrétaire-Chancelier

 

LA GRÂCE DU SACERDOCE, DON INESTIMABLE POUR L’ÉGLISE
LA GRÂCE DU SACERDOCE, DON INESTIMABLE POUR L’ÉGLISE
LA GRÂCE DU SACERDOCE, DON INESTIMABLE POUR L’ÉGLISE
LA GRÂCE DU SACERDOCE, DON INESTIMABLE POUR L’ÉGLISE
LA GRÂCE DU SACERDOCE, DON INESTIMABLE POUR L’ÉGLISE
LA GRÂCE DU SACERDOCE, DON INESTIMABLE POUR L’ÉGLISE
Repost 0
Published by Abbé Léonard LUMBUTU, Secrétaire Chancelier. - dans EVENEMENTS
commenter cet article
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 20:58

Enonyi-100-wa-Losango-l-Oloolo-lo-Katako-Kombe-3.jpgLe 05 mai de cette année 2013, la Paroisse de Katako-Kombe Saint Martin célébrait Enonyi-100-wa-Losango-l-Oloolo-lo-Katako-Kombe-5.jpgl’ouverture de son centenaire d’évangélisation. Ce qui, naturellement, ouvrit la voie à un chronogramme d’activités spirituelles et pastorales, destinées à faire vivre dans le recueillement profond l’année du centenaire par les paroissiens.

 

En effet, c’est sous le signe d’une grande solennité eucharistique que les fidèles de Katako-Kombe viennent de célébrer la clôture du centenaire d’évangélisation de leur paroisse pour en ouvrir un nouveau sous le thème: «L’évangélisation, un devoir fondamental du peuple de Dieu et de tout baptisé» (Cf. AG 35; Can. 211). La date du 11 novembre de l'an 2013, choisie pour la célébration de ce grand événement, ne demeure pas sans signification: c’est le jour dédié à la mémoire de Saint Martin de Tours, Patron de la paroisse de Katako-Kombe.

 

Ainsi, pendant l’homélie, S. E. Mgr Nicolas DJOMO, Évêque de Tshumbe et président de la solennelle eucharistie, s’est largement appesanti sur la figure de ce Saint Évêque de Tours dont la spiritualité s’enracine merveilleusement dans les trois vertus théologales: la foi, la charité et l’espérance. Par sa foi, faisait remarquer Mgr DJOMO, Martin sut quitter son noble métier de soldat romain pour se mettre au service de l’Évangile; c’est déjà le murmure de cet appel à l’obéissance de la foi qui l’incita un jour à déchirer son vêtement pour en protéger un pauvre à la merci des intempéries: une charité sans intérêt si ce n’est celui des choses d’en haut que seule l’espérance pouvait garantir!

 

Le centenaire d’évangélisation, poursuivait l’Évêque de Tshumbe, c’est essentiellement le centenaire du don reçu de la foi dans le cœur de chacun des fidèles. C’est aussi la célébration des fruits de cette foi comme semence jetée en terre de Katako-Kombe par des missionnaires et de nombreux autres agents pastoraux. «Quelle grâce si spéciale que de voir ce centenaire se célébrer en l’année dédiée à la foi par le Saint-Père, Benoît XVI! Il importe toutefois de s’interroger sur la qualité de notre foi, cent ans après, et sur sa force de résistance face aux pratiques païennes, à la résurgence du phénomène de la division et de la sécularisation postmoderne», faisait-il remarquer.

 

La sainteté, a-t-il conclu, ne consiste pas en ce qu’il y a de plus éclatant mais plutôt en une vie de foi, de charité et d’espérance simplement vécue au quotidien. Et la manière la plus authentique de diffuser sa «foi centenaire», c’est de vivre profondément sa vie chrétienne (cf. AG 36).

 

Concluant ainsi son homélie, le Prélat catholique en a profité pour expliquer aux paroissiens de Katako-Kombe Saint Martin les enjeux du Synode extraordinaire que convoque le Pape François pour l’année prochaine et dont les «lineamenta» sont déjà envoyées en vue de réfléchir ensemble sur «les défis pastoraux de la famille».

 

La messe finie, le reste de la journée fut marqué par d’intenses manifestations auxquelles prirent part Mgr Nicolas Djomo, Évêque de Tshumbe, de nombreux invités ainsi que les fidèles de Saint Martin de Katako-Kombe eux-mêmes, venus massivement de tous les coins de la Paroisse!

 

 

Abbé Léonard LUMBUTU

Secrétaire Chancelier

 

Enonyi-100-wa-Losango-l-Oloolo-lo-Katako-Kombe.jpg

 

Enonyi-100-wa-Losango-l-Oloolo-lo-Katako-Kombe-4.jpg

 

Enonyi-100-wa-Losango-l-Oloolo-lo-Katako-Kombe-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfants de choeur fin 100 ans d'évangélisation de Katako-Kombe

Enfants de choeur fin 100 ans d'évangélisation de Katako-Kombe

Repost 0
Published by Abbé Léonard LUMBUTU, Secrétaire Chancelier - dans EVENEMENTS
commenter cet article
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 12:22

Le 08 octobre a été inauguré un monument de Patrice-Emery Lumumba, dans la capitale allemande, Berlin. C'est une longue histoire, qui a vu son aboutissement le 8 octobre 2013.

 

Court rappel historique: 

*C'est dans la ville univesitaire allemande de Leipzig, que furent inaugurés la première avenue Lumumba et le premier monument Lumumba, au monde, en 1961.

*Il y a une avenue Lumumba dans 3 villes est-allemandes: Leipzig, Dresde et Magdebourg. Il y a un Lumumba-Eiche (chêne Lumumba) planté en mai 1961, à Bernau.

*Un centre de repos et de conférences en Saxe.

* Un oratorium politique en allemand: "Requiem für Lumumba: Requiem pour Lumumba). Tout cela, en Allemagne de l'Est (ancienne RDA). Seul, le centre de repos a changé de nom et devenu une pension..

 

Le monument (buste) de Lumumba se trouve au n°4 de l'avenue Lumumba, à Leipzig. A l'époque, tout étudiant, tout stagiaire étranger, qui était en RDA avait fréquenté l'école de langue allemande située à cette adresse. Il y a eu même un futur président: la présidente de Chili. Il y a de premiers ministres, des ministres etc, qui ont connu le monument Lumumba.

 

Mais, voilà, après la réunification, le monument fut vandalisé et le buste volé. Avec un groupe d'amis est-allemands, notre groupe (5) avait réussi le pari, de ré-inaugurer à la même place, le monument de Lumumba avec un nouveau buste. Si le premier buste fut l'oeuvre du président de l'Académie des Beaux-Arts de Berlin-Est, le second est l'oeuvre de Genni Mucchi-Wiegmann (1895-1969), la plus grande sculptrice allemande de tout temps. Ses héritiers nous avaient fait un don du buste. Pour nous, il fallait tout faire pour ré-inaugurer le monument Lumumba, lors du 50e anniversaire de son assassinat: pari, qui fut gagné.

 

Le 15 janvier 2011, S.E. Mme Clémentine Shakembo Kamanga avait inauguré le monument.

 

Mme Mucchi Wiegmann avait fait aussi une statue de Lumumba, à partir de la fameuse de Lumumba, les mains liées derrière le dos, face à Mobutu, à Binza. Cette statue était conservée dans les caves de l'académie des Beaux-Arts de Berlin-Est.

 

C'est cette statue, qui sera placée sur une place publique au centre de Berlin. Nous avons tous, toutes les raisons d'être fiers: Lumumba reste immortel en Europe, en Allemagne, dans la capitale allemande.

 

Garnisonkirchplatz est le nom de la place, qui a accueilli la statue de Lumumba, le 08 octobre 2013: au centre historique de Berlin. Au moins une centaine de milliers de Berlinois et de touristes verront, quotidiennement, la statue de Lumumba. Les transports en commun s'arrêtent devant la place de 2 à 15 minutes à pied. De la mairie de Berlin, à peine 10 minutes à pied. De la gare centrale, 2 stations: S-Bahn Hackescher Hof (4 min.) de S-Bahn (trains urbains). Location optimale!

 

Tenez, avec les bus 100 et 200, arrêt Schloßplatz, en face de Lustgarten et Alte nationale Galerie, à pied: longer la rue devant le Deutscher Dom (la plus importante et la plus imposante église protestante allemande), prendre, à droite Bodestrasse, traverser un petit pont, ensuite Luisa-Karschstrasse, qui se termine sur Lifaßplatz, à droite et on y est: à peine 5 minutes, si on ne regarde les sites!

 

Enfin! Devant un parterre:

*d'une cinquantaine de diplomates africains dont une quinzaines d'ambassadeurs, parmi lesquels les ambassadeurs: de la Namibie et Madame, du Congo-Bzv, du Sénégal, du Burkina-faso, de l'île Maurice, du Ruanda, du Togo;
*des personalités politiques allemandes, de la ville de Berlin et de la mairie de Berlin-Mitte;
*des personnalités du monde culturel (la crèmes de la crème des artistes berlinois et des galeristes);
*des représentants de plusieurs associations allemandes dont AfricAvenir, Dialog International (créé par le regretté Prof. Dr. Etienne Mbaya, présidé actuellement par Mr. Muepu);
*plusieurs Allemands et Allemandes dont plusieurs dizaines des inconditionnels de Lumumba, des Africains, des Asiatiques et des Congolais dont la veuve de Wembo Okitalungunga, la veuve du Dr. Lucien Lubanda et les enfants, les vieux Armand Hyango Hyparmos et Gabriel Memba, les vieux Yakusu et Paul Indongo, notre soeur Yema Drewitz, Kas Kasadi et ses 2 fils de Hannovre, Dr. Jacques Tunda Odimba Koy et sa famille, Mme Béatrice Masengi, le jeune Anderson et Madame. De Bruxelles, Mr. Lukale. De Kinshasa, Mr. Henri Wanya. C'est dommage, je ne peux pas citer tous les noms.
 
La cérémonie fut ouverte par Mr. Poll, en présence de SE Mme Clémentine Shakembo Kamanga (ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la RDC, en Allemagne), Mr. Léonnard She Okitundu (sénateur et porte-parole de toute la communauté), Mr. François Lumumba (porte-parole de la famille Lumumba), Mme Suzanne Mucchi (la mécène, qui avait donné le buste de Lumumba de Leipzig et la sculpture dont l'original se trouve à l'Académie des Beaux-Arts de Berlin-Barndenbourd, dans une section des sculptures de personnalités internationales; Apa Patrice se trouve à côté de Karl-Marx), de Mme Dr. Lissy Quart et tout le comité de direction de DAFRIG (association germano-africaine). Mr. Poll dévoila la sculpture sous des applaudissements nourris. Ensuite ce fut le tour de SE Mme Clémentine Shakembo Kamanga, Mr. Léonnard She Okitundu et François Lumumba.
 
Il faut noter aussi, qu'au moment où les VIP's gaganient la place, ils furent accueilli par la chanson "Koy Elumbe" de Papa Wemba de Masina et de son lokombe. Mme Cingoma prit la relève, en jouant le xylophone et clôtura la cérémoine avec un chant a-capella.
 
Mr. Poll invita tout le monde dans sa galerie, où une collation fut offerte. Jusque 21h00, au moment où j'avais quitté le lieu, il y avait encore du monde. Aujourd'hui, SE Mme Clémentine Shakembo Kamanga, Mr. Léonnard She Okitundu et Mr. François Lumumba se rendent à Leipzig, où ils sont invités par la section de DAFRIG Leipzig. Au programme, la visite de la bibliothéque universitaire de Leipzig, une randonnée sur l'avenue Lumumba et dépôt des fleurs sur le monument Lumumba au n° 4. La journée se terminera par une rception organisée par Dr. wagner, consul honoraire de la RDC.
 
Dans l'annexe, la sculpture telle qu'elle se présente sur Garnisonkirchplatz, à Berlin-Mitte.
 
Dr. Shungu M. Tundanonga-Dikunda
Public & Policy Affairs Consultant
PF 62 02 45
D-10792 Berlin (Germany)       

 

 

P.E.-LUMUMBA.jpg

 Photo Dr TUNDANONGA 

 

Avenue-LUMUMBA.jpg

 Photo Dr TUNDANONGA 

 

Buste-Patrice-Emery-LUMUMBA.jpg

 Photo Dr TUNDANONGA 

 

Statue-Patrice-Emery-LUMUMBA.jpg

Photo Dr TUNDANONGA 

  STATUE-DE-LUMUMBA-A-BERLIN-ET-FRANCOIS-LUMUMBA--cheikfitane.png

 Photo CHEIK FITA

 

LUMUMBA-A-BERLIN-JEUNE-HOMONYME-P1060745-CHEIKFITANEWS.jpg

 Photo CHEIK FITA

 

LUMUMBA-A-BERLIN-PUBLIC-P1060752-CHEIKFITANEWS.jpg

Délégation RDCongolaise / Photo CHEIK FITA

 

VIDEO CHEIK FITA
     
           
Repost 0
Published by Dr SHUNGU TUNDANONGA - dans EVENEMENTS
commenter cet article
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 00:14

Le nouvel éveché de Tshumbe 1La maturation de l'Église particulière de Tshumbe s’accroît au jour le jour tant bien en ressources humaines que matérielles. En dépit de difficultés qui sont les siennes, l'Église de Tshumbe réalise chaque jour un pas sur le chemin de son évangélisation. Elle se félicite d’avoir, pour la première fois de son histoire centenaire, un géant édifice de la curie épiscopale abritant tous les services de la Chancellerie diocésaine. Un grand bâtiment à étage frise l’extraordinaire depuis que les missionnaires belges sont rentrés chez eux. Un genre d’ouvrage que l’imaginaire collectif n’entendait reconnaître qu’au génie de la seule race blanche! Et pourtant...!

 

Lundi 13 mai 2013, une rencontre recueillie et familiale a été organisée autour de Son Bénédiction nouvel éveché de Tshumbe 2Excellence Monseigneur Nicolas DJOMO pour la bénédiction et l'inauguration du nouvel évêché du diocèse de Tshumbe. Tous les ecclésiastiques de la place et des environs – estimés à plus ou moins 136 personnes – y étaient conviés.

                                                             

 Bénédiction nouvel éveché de Tshumbe 3-copie-1Au menu de la rencontre étaient prévus les VêpresBénédiction nouvel éveché vepres 4 du jour, la bénédiction du complexe et un

  

  

  

 

 

 

 

repas fraternel.

  

  

  

Le-nouvel-eveche-de-Tshumbe-1.jpgBien resplendissant de ses peintures récentes aux couleurs vives et harmonieuses, le nouvel évêché, outre son décor architectural et ses meubles de marque, abrite une chapelle centrée au cœur de l’arc; huit bureaux d’administration curiale; une salle des réunions; une salle des conférences; une bibliothèque; une salle d’archives; une salle d’attente; trois appartements et trois chambres (douche, WC et lavabo intégrés dans chacun des six logements); deux WC et douches extérieurs pour le personnel administratif ainsi qu’un magasin.

 

Bureau-du-Bishop.jpg

 Prenant la parole pour expliquer le sens de l’événement, l’Évêque de Tshumbe commence par refuser de s’attribuer à lui seul la réalisation de l’ouvrage et s’étale par la suite à égrener la litanie des remerciements envers tous ceux et celles qui, de près ou de loin, ont apporté chacun une pierre à l’édification de ce grand monument. Dans cette adresse de reconnaissances, il n’a pas oublié de faire une mention spéciale sur les ouvriers pour leur engagement de plus de dix ans aux travaux du chantier.

                    Bibliotheque-du-Bishop.jpg

Car, disait-il, avoir de l’argent est une chose, mais trouver des personnes dynamiques et capables de concrétiser les plans des ingénieurs en est une autre – et pas de moindres. C’est là toute la signification du grand repas qui leur fut offert à la veille même du jour de la Bénédiction.

 

Après l’expression de sa gratitude à tous les artisans de l’ouvrage, S.E. Mgr Nicolas DJOMO, dans un style à la fois sobre et pathétique, s’est présenté lui-même comme un simple locataire et un serviteur inutile qui, par ce geste mémorable, entend léguer à la postérité ecclésiastique un bien de valeur. Le secret de sa réussite, a-t-il révélé, c’est la transparence et le souci d’un travail bien fait. Et le nouvel évêché diocésain vaut tout son pesant d’or!

 

«Un bâtiment à l’allure européenne qui, comme par irruption, s’implante chez-nous», s’extasiaient les invités lors de la visite.

 

De quoi, enfin, rendre grâce au Seigneur, qui ne cesse de pourvoir aux moyens d’évangélisation de son peuple et de faire en sorte que l'Église se réalise toujours davantage comme sacrement de salut dans le monde de ce temps.

 

 

Abbé Léonard LUMBUTU

Chancelier.

   

DU TEMPS DES MISSIONNAIRES BLANCS

**********************************************  Heritage-missionnaire-de-la-Paroisse-de-Tshumbe-Sainte-Mar.jpg

Cure de la Paroisse de Tshumbe Sainte Marie 

 

Heritage-missionnaire.jpgSiège de l'ancien évêché 

 

DU TEMPS DES HERITIERS

AVANT LA BÉNÉDICTION ET L'INAUGURATION 

*************************************************** 

Nouvel-eveche-avant-1.jpg

La façade du nouvel évêché en construction

 

Eveques-de-la-Province-ecclesiastique-de-Kananga-devant-l-.jpg

Évêques de la Province Ecclésiastique de Kananga

lors de la célébration du centenaire de l'évangélisation

du diocèse de Tshumbe devant la façade du nouvel évêché 

 

APRÈS LA BÉNÉDICTION ET L'INAUGURATION 

***************************************************

Le-nouvel-eveche-de-Tshumbe-1.jpg

  La façade du nouvel évêché

 

Le-nouvel-eveche-de-Tshumbe-2.jpg

  La façade du nouvel évêché bis

  

Benediction-nouvel-eveche-de-Tshumbe-1-copie-1.jpg

  Photo de famille devant la façade

 

Salle-des-reunions.jpg

Salle des réunions

 

Salle-des-conferences.jpg

Salle des conférences

Repost 0
Published by Abbé Léonard LUMBUTU, Chancelier. - dans EVENEMENTS
commenter cet article
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 18:22

1913-2013. Il y a 100 ans, Jésus-Christ, Lumière des nations, s’est levé sur le sol de Katako-Kombe et ses environs à travers les premiers missionnaires qui y ont annoncé la Bonne Nouvelle du Salut. Entre janvier et août 1913 naissait une Paroisse à Katako-Kombe. Aujourd'hui l'année 2013 fait bouger Katako-Kombe. Elle célèbre une année de grâce dans l'histoire amoureuse de la rencontre de Dieu avec les fils d'Adam qui vivent dans la Paroisse dont Martin de Tours est le Saint patron. Deux rendez-vous ont été signés avec la terre natale du premier prêtre autochtone du diocèse: rendez-vous d'ouverture et celui de clôture du centenaire. Le 05 mai 2013, l'Évêque de Tshumbe venait de répondre au premier rendez-vous.   

 

Centeniare-d-evangelisation-de-la-Paroisse-de-Katako-Komb.jpg

Comme annoncé, la Paroisse de Katako-Kombe Saint Martin vient de célébrer l’ouverture du centenaire de son évangélisation le 05 mai courant. Cette année 2013 est celle qui voit s’accomplir les cent ans depuis l’arrivée des premiers missionnaires belges sur le sol de DJONGOSWE à Katako-Kombe en 1913. C’est donc une année de grâce qui restera gravée en lettres d’or dans l’histoire de la rencontre de Dieu avec les fils et filles de ce coin du diocèse

de Tshumbe Sainte Marie.

 

Deuxième du diocèse à recevoir la Bonne Nouvelle du Salut, après Tshumbe Sainte Marie, la paroisse Saint Martin de Katako-Kombe entend plutôt revendiquer le droit d'aînesse en termes des fruits de l’œuvre de l’évangélisation amorcée depuis 1910. L’on se souviendra, en effet, que Mgr Victor WANDJA, les Révérends frères Philippe OKONDA et Jean OPUTUTE, respectivement premier prêtre autochtone et premiers religieux du diocèse de Tshumbe, sont tous originaires de la paroisse Saint Martin de Katako-Kombe. De quoi s’enorgueillir dans le Christ, car celui qui a fait et qui fait croître cette semence de l’évangélisation tombée en terre de NUMBELEKI, c’est le Seigneur lui-même.

 

C’est sous le signe d’une action de grâce au Seigneur, dans le premier site missionnaire -communément appelé en langue locale "Tongo dya Kasongo"- situé à 1Km et demi de l’église paroissiale, que les paroissiens de Saint Martin ont choisi d’inscrire la célébration de l’ouverture de leur centenaire en lettres d’or. Monseigneur Nicolas DJOMO, Évêque de Tshumbe, y a été l'invité d'honneur. C'est lui qui présidera l'Eucharistie, en communion avec l’ensemble du diocèse.

 

En commentant les textes prévus pour la méditation du sixième dimanche de Pâques, le Prélat catholique a fini par souligner la nécessité de transmettre aux autres l'Evangile qu’on a reçu gratuitement et d’en être soi-même transformé. Telles furent, disait-il, la mission et l’exigence de conversion radicale qui ont caractérisé la vie de douze apôtres. Il en découle en même temps la force d’annoncer le Christ ressuscité sans reculer devant les obstacles et les menaces des infidèles, comme en témoigne le courage prophétique de Paul et Barnabé.

 

A la suite de Douze et de Paul, poursuivra Mgr Nicolas DJOMO, par amour et par la force de l’Esprit qui habitait dans leurs cœurs, nos premiers missionnaires tels les pères VERVACKE et TIMMERMANS Ont su braver non seulement la peur d’une terre inconnue (à découvrir pour la première fois) mais aussi les insécurités de tout genre. C’est grâce à la vitalité de leur foi que l'Evangile du Christ mort et ressuscité est arrivé jusqu’à nous, il y a aujourd’hui cent ans. Leur œuvre d’évangélisation a été relayée comme dans une chaîne de succession apostolique et continue à porter des fruits. Ainsi, en plus des vocations sacerdotales et religieuses, de nombreuses autres vocations au mariage sacramentel ont été enregistrées. La remise d’un diplôme avec la bénédiction du Saint-Siège accordée à un couple accomplissant cinquante ans de mariage religieux en a été une illustration patente.

 

Dans ce même contexte et à la même occasion, l’Évêque de Tshumbe jugea opportun de conférer l’ordination diaconale à ses six séminaristes stagiaires. Un événement de grande portée ecclésiale qui tombait comme du levain dans la pâte du centenaire!

 

L’assemblée a été invitée à prier tout au long de la cérémonie liturgique pour que les nouveaux diacres soient véritablement acquis au service de la charité et que toujours davantage ils vivent ce qu’ils auront à annoncer.

 

Enfin, il est bien difficile d'imaginer combien la journée du 05 mai 2013 à Saint Martin devrait être haute en couleurs et riche en cérémonies! Le temps paraissait impitoyable aux yeux des paroissiens qui, impuissamment, tentaient de l’arrêter pour que ne s’évanouisse le plus beau moment de l’année en paroisse!

 

Abbé Léonard LUMBUTU

Chancelier.

 

Centeniare-d-evangelisation-de-la-Paroisse-de-Ka-copie-1.jpg

 

Centeniare-d-evangelisation-de-la-Paroisse-de-Ka-copie-2.jpg

 

Centeniare-d-evangelisation-de-la-Paroisse-de-Ka-copie-3.jpg

Repost 0
Published by Abbé Léonard LUMBUTU, Chancelier. - dans EVENEMENTS
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 12:53

Dedicae-eglise-crucifix.jpgDepuis près de vingt ans, les fidèles de la Paroisse Saint Désiré de Lodja étaient comme des brebis sans enclos (bercail)! La salle paroissiale qui servait de palliatif, était incapable de satisfaire convenablement les besoins, surtout à la première messe de chaque dimanche où le nombre des participants s’affichait toujours exorbitant.

 

En ce jour, depuis le Mardi Saint, le 26 mars 2013, la paroisse Saint Désiré de Lodja, une de vingt que compte le Diocèse de Tshumbe, se voit dotée désormais de la plus grande église du Kasaï, avec une capacité de 1.200 places. C’est lors d’une messe solennelle que fut célébrée sa dédicace par Son Excellence Monseigneur Nicolas DJOMO, Evêque de Tshumbe qui n’avait rien ménagé pour la réalisation de cet ouvrage.

 

Dedicace-eglise-Mgr-Djomo-copie-1.jpgPendant l’homélie, tout en saluant l’effort louable des paroissiens qui ont massivement contribué à l’avancement des travaux de finition, le Prélat catholique n’a pas manqué de rappeler à toute l’assemblée que la construction des églises, depuis avant Jésus-Christ jusqu’à ces jours, a toujours été l’œuvre des fidèles autour de leur Pasteur.

 

 

La finition de l’église n’a pas encore été portée à sa dernière touche. Néanmoins, les fidèles se disposent à poursuivre leurs efforts, tout en faisant appel, avec leur Pasteur, à la générosité des uns et des autres pour une finition complète de l’église ainsi que pour ses équipements intérieurs.

 

Il convient de noter que c’est sous une pluie battante, qui ne donnait aucun espoir de cesser, que Son Excellence Monseigneur Nicolas DJOMO fit son entrée dans ladite église, déterminé à accomplir son dessein, celui d’essuyer les larmes de ses ouailles de St Désiré sans église. Également déterminées à répondre à ce grand rendez-vous mémorable, ces dernières ont dû braver la pluie, bavant d’admiration pour leur Pasteur et son grand cortège des prêtres venus de partout pour célébrer et vivre cet événement d’Église. L’événement est vraiment unique qu’il n’a pas réuni que les fidèles de Saint Désiré, la «géante église» étant prête à craquer sous la pluie.

 

Initialement prévues à 8 h 30’, les grandes cérémonies de dédicace et de bénédiction des huiles ne commenceront réellement que vers 11 h 00’ pour finir autour de 14 h 35’. C’est ainsi que les chrétiens de Saint Désiré eurent raison de chanter: «Le Seigneur ne dort jamais; Il a exhaussé nos prières». En signe de grande solidarité dans la joie, toutes les communautés ecclésiales vivantes de base de la paroisse cernèrent le grand édifice en partageant un repas de communion fraternelle!

 

 

Abbé Léonard LUMBUTU,  

Chancelier.

 

 

Exterieur-eglise-Saint-Desire-a-Lodja-3.jpg

 

Exterieur-eglise-Saint-Desire-a-Lodja-2.jpg 

  Dedicace-eglise-procession.jpg

 

Dedicace-nouvelle-eglise-St-Desire-2.jpg

 

Dedicace-nouvelle-eglise-St-Desire-3.jpg

 

Dedicace-nouvelle-eglise-St-Desire-4.jpg

 

Dedicace-eglise-assemblee-encensee.jpg

 

Dedicace-nouvelle-eglise-St-Desire-5.jpg

 

Dedicace-nouvelle-eglise-St-Desire-6.jpg

 

Dedicace-nouvelle-eglise-St-Desire-11.jpg

 

Dedicace-nouvelle-eglise-St-Desire-12.jpg

 

Dedicace-nouvelle-eglise-St-Desire-14.jpg

 

Dedicace-nouvelle-eglise-St-Desire-15.jpg

 

Dedicace-nouvelle-eglise-St-Desire-13.jpg

 

Dedicace-nouvelle-eglise-St-Desire-16.jpg  

Dedicace-nouvelle-eglise-St-Desire-18.jpg

 

Dedicace-nouvelle-eglise-St-Desire-17.jpg

Repost 0
Published by Abbé Léonard LUMBUTU, Chancelier. - dans EVENEMENTS
commenter cet article
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 20:30

Castel-gandolfo.jpgJeudi 28 février 2013, le Pape Benoît XVI a quitté le Vatican pour se rendre à Castelgandolfo, villa pour la résidence d'été des papes située à 25 km au Sud de Rome où, à 20h00, heure de Rome, il se retirait officiellement de son pontificat.

 

Dans deux mois, il reviendra au Vatican, "l'enclos de Pierre", pour la suite de sa vie au Monastère Mater Ecclesiae, dans les jardins du Saint Siège.

 

Il gardera son titre et son nom.

On l'appellera:

  • Sa Sainteté Benoît XVI
  • "Pape émérite" ou "Pontife romain émérite"

Il restera vêtu de:

  •  Soutane blanche
  • Souliers marron

Chaussures-du-pape

Il abandonnera:

  • Les chaussures rouges typiques des papes
  • L'anneau du pêcheur
  • Le sceau du pape
  • La mantelette

Dans un long adieu fait des gestes et des regards émus, au son des cloches dans toutes les paroisses de Rome, l'ex-pape a pris congé de nombreux fidèles venus de tous les coins du monde sans vouloir abandonner la croix du Christ. Ainsi finit le pontificat de 7 ans 10 mois et 09 jours.   

 

Abbé Claude OKONDJO

Repost 0
Published by Abbé Claude OKONDJO - dans EVENEMENTS
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 17:22
2 (17)Marqué traditionnellement par de grands rendez-vous de foi, le mois d'août de l'an 2012 sera spécial dans les annales du Diocèse de Tshumbe. A la marche de l'Espérance du 1er août se sont succédées les célébrations de deux journées diocésaines d'appel et de consécration des Soeurs de Saint François d'Assise et des Frères de la Passion de Notre Seigneur Jésus Christ ainsi que les célébrations des jubilés de vie consacrée. 
 
En effet, plusieurs événements riches en couleurs ont été célébrés en cette période de l’année dans une atmosphère de prière de louange et d’action de grâces.
  • Dès, le 1erjour du mois d’Août, le Diocèse s’était mobilisé comme un seul homme en faveur de l’invitation à la marche de l’Espérance, lancée par l'Épiscopat congolais.      
  • Au lendemain, le rituel traditionnel chez les sœurs de Saint François d’Assise de Tshumbe nous faisait vivre la prise d’habit et l’entrée au Noviciat de 6 postulantes, les premiers vœux émis par 14 Novices, la profession perpétuelle de 5 sœurs (Thérèse Etonga, Charlotte Shako, Charlotte Akatshi, Mathilde Shimba, Marie-Jeanne Dihandjo) et le jubilé de 25 ans de profession religieuse de 4 sœurs (Agathe Ambukiyenyi, Lyliane Longondjo, Marie-Claire Kahuta et Marie-Françoise Odihe qui était absente à la cérémonie).      
  • Le 4 Août, un événement rare (deuxième du genre au diocèse de Tshumbe), qui sanctionne le parcours des héros, venait couronner le mois. Il  se nommait jubilé d’or (50 ans) de vie sacerdotale de Sa Grandeur Mgr Albert Hiombo Nguwa, ordonné prêtre par S.E. Mgr Joseph Hagendorens, premier évêque du Diocèse, le 8 juillet 1962.      
  • C’est dans cette ambiance que dans la Congrégation des Frères de la Passion de N.S.J.C., on célébrera le 10 Août la prise d’habit et le début du noviciat de 4 Postulants, les premiers vœux d’un Novice, la profession perpétuelle du Rév Frère Maurice Tumba et le jubilé de 25 ans de profession religieuse du Rév. Frère Médard Yandja.      
  • Dans l’entre-temps, les festivités entourant les messes des prémisses des jeunes prêtres ordonnés le 22 juillet dernier se déroulaient à travers le diocèse, notamment à Localité Salongo, Lushimapenge, Okitawongo, Toko et Ndjeka.      
  • Enfin, la date du 20 Août est venue apporter un plus aux cérémonies festives du mois. Il s’agit de la commémoration du 40eanniversaire d’ordination sacerdotale de S.E. Mgr Nicolas Djomo ainsi que de ses 5 autres collègues dont les A.A. Pierre Lowa, André Nguwo et René Okitundu (tous en vie), Jean-Adalbert Nyeme et Louis Djemba (rappelés dans la maison du Père). 
 
"Le don de la vocation religieuse s'enracine dans le don du baptême... Il est gratuit et n'est pas mérité: il est donné par Dieu à ceux qu'il choisit librement parmi son peuple et pour le salut de son peuple" (Perfectae Caritatis 5).
 
Dès les origines de l'Église, la vie religieuse est reconnue comme une forme de vie à laquelle sont appelés librement par Dieu certains chrétiens, clercs et laïcs, pour jouir de ce don spécial et servir à la mission salutaire de l'Église, chacun à sa manière (Lumen Gentium 43).
 
 Que le nom du Seigneur soit glorifié pour tant de femmes et d’hommes appelés à la sainteté par le sacerdoce ministériel ou par la consécration religieuse et qui persévèrent encore par sa grâce, avec la force de son Esprit.
 
 
Mgr Crispin OTSHUDIEMA KEKA
Vicaire Général.
 
Abbé Pierre Claude OKONDJO
Communicateur Social Institutionnel.
REPORTAGE:
=============
 
1.- Ordinations sacerdotales
       1 (1)
1 (2)
2.-Marche de l'Espérance
389 0629
389_0620.JPG
 
3.- Appel et consécration
des Soeurs de Saint François d'Assise
 
2 (4)
 
2 (3)
 
4.- Appel et consécration
des Frères de la Passion de NSJC
4 (2)
4 (3)
4 (4)
5.-Jubilé d'Argent (25 ans) de vie religieuse
des Soeurs Agathe, Lyliane, Marie-Claire et Marie-Françoise 
 
2 (18)
 6.-Jubilé d'Argent (25 ans) de vie religieuse
de Frère Médard YANDJA
  
4 (5)
   
7.- Jubilé d'Or (50 ans) de vie sacerdotale
de Mgr Albert HYOMBO NGUWA,
Vicaire Général
 
3--1-.JPG
     
3 (3)
 
3 (4)
 
3 (5)
 
 3 (6)
 
3 (7)  
 

 

 
 
Repost 0
Published by Mgr Crispin OTSHUDIEMA, Vicaire Général et Abbé Pierre Claude OKONDJO. - dans EVENEMENTS
commenter cet article