Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : DIOCÈSE DE TSHUMBE
  • DIOCÈSE DE TSHUMBE
  • : Église Catholique au Sankuru, en République Démocratique du Congo.
  • Contact

Profil

  • Pierre Claude OKONDJO
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.

Rechercher

11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 01:42

Trois nouveaux prêtres viennent d’intégrer le presbyterium diocésain de Tshumbe. C’est lors de la célébration eucharistique du cinquième Dimanche du Temps Ordinaire de l’Année liturgique C, le 07 février 2016, que S.E. Mgr Nicolas DJOMO a choisi d’ordonner prêtres trois diacres du clergé diocésain, dans la paroisse de DIKONGO Sainte-Hélène. Il s’agit des Abbés KASONGO Bernard, DIMOMBE Albert et TOKO Paul.

 

Pendant son homélie, en s’appuyant sur les textes du jour, l’Ordinaire du lieu a fait remarquer que l’Eglise poursuit encore aujourd’hui la mission du Christ, celle confiée aux douze, consistant à appeler continuellement des disciples pour une moisson toujours abondante. Ainsi, à la manière de Simon-Pierre, les nouveaux prêtres sont également appelés à édifier le Corps du Christ par la triple mission sacerdotale à savoir, enseigner, sanctifier et gouverner, a-t-il poursuivi. S’adressant directement aux Ordinands, le Prélat les a exhortés à être non seulement des prédicateurs de l’Evangile mais aussi des véritables témoins du Christ, qui entrainent les autres par leur propre vie, une vie sans partage, totalement donnée pour le salut de l’humanité.

 

Après l’homélie, l’Evêque de Tshumbe a procédé à l’ordination de ses trois nouveaux prêtres alors qu’il pleuvinait, signe d’une grande bénédiction pour les fidèles de la paroisse de DIKONGO qui accueillait cet événement pour la toute première fois de son histoire.

 

La messe finie, la suite de la journée a été marquée par diverses manifestations et réjouissances populaires en hommage aux nouveaux prêtres.

 

Abbé Léonard LUMBUTU

Secrétaire-Chancelier

LE PRESBYTERIUM DE TSHUMBE S'ENRICHIT DE TROIS NOUVEAUX PRÊTRES
LE PRESBYTERIUM DE TSHUMBE S'ENRICHIT DE TROIS NOUVEAUX PRÊTRES
LE PRESBYTERIUM DE TSHUMBE S'ENRICHIT DE TROIS NOUVEAUX PRÊTRES
LE PRESBYTERIUM DE TSHUMBE S'ENRICHIT DE TROIS NOUVEAUX PRÊTRES
Repost 0
Published by Abbé Léonard LUMBUTU - dans EVENEMENTS
commenter cet article
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 00:19

La XXe Journée Mondiale de la Vie Consacrée qui coïncide avec la clôture de l’Année de la Vie Consacrée décrétée par le Pape François depuis le 30 novembre 2014 venait d’être célébrée ce 02 février 2016, avec enthousiasme et beaucoup de dévotion par les Instituts de vie consacrée implantés au diocèse de Tshumbe.

 

A cet effet, sur recommandation de l’Ordinaire du lieu, S.E. Mgr Nicolas DJOMO, deux conférences sur la vie consacrée ont été organisées lundi, 01 février courant, pour permettre aux membres de divers Instituts de vivre spirituellement ce grand événement.

 

La première conférence, tenue par l’Abbé Augustin SHAKO, a porté sur le primat de Dieu dans la vie consacrée. Elle a consisté à dégager essentiellement le fondement théologique et christologique de la vie consacrée ainsi que sa finalité première, c’est-à-dire la vie et la sainteté de l’Eglise pour une humanité tournée vers les réalités du monde à venir.

 

Quant à la deuxième conférence, celle de l’Abbé Léonard LUMBUTU, l’Orateur cherchera à relever à la lumière de l’Exhortation Apostolique post-synodale du Saint Pape Jean-Paul II, Vita consecrata, les épreuves et les défis que les personnes consacrées affrontent dans l’Eglise et le monde d’aujourd’hui. Il a également montré qu’au lieu de les regarder comme des signes évidents d’un déclin à venir, ces épreuves et défis sont plutôt à vivre, dans la foi, comme un temps de grâce et un puissant appel à offrir au monde actuel un témoignage plus fort et plus authentique. Voilà qui dicte, a-t-il conclu, la nécessité de répondre adéquatement à l’Instruction de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique, qui préconise de Repartir du Christ pour un engagement renouvelé de la vie consacrée.

 

Les deux exposés ont été suivis avec beaucoup d’intérêt qu’ils ont suscité de la part des participants des échanges très animés et très fructueux.

 

Le 02 février, jour suivant, une grande célébration eucharistique eut lieu pour couronner ce moment de ressourcement spirituel et d’action de grâce, en la Fête de la Présentation du Seigneur au Temple. L’Officiant du jour, l’Abbé Léonard Lumbutu, mandaté par l’Ordinaire du lieu empêché, a de plus en plus, dans son homélie, exhorté les personnes consacrées à redécouvrir le mystère du grand Amour de Dieu qui réalise dans les âmes faibles des choses extraordinaires. Il les a ainsi invitées à toujours considérer leur état de vie comme un grand trésor dans des vases d’argile : seule la joie de rencontrer le Seigneur au Temple peut purifier, transformer et rendre agréable non seulement à Dieu mais aussi aux hommes et aux femmes de notre temps, a-t-il conclu.

 

La messe finie, la journée s’est poursuivie avec diverses manifestations, traduisant ainsi la grande joie pour les personnes consacrées de se savoir d’humbles signes de l’Amour miséricordieux de Dieu pour son Eglise dans le monde de ce temps.

 

 

Abbé Léonard Lumbutu, Secrétaire-Chancelier.

ÉCHOS DE LA CLÔTURE DE L'ANNÉE DE LA VIE CONSACRÉE AU DIOCÈSE DE TSHUMBE
ÉCHOS DE LA CLÔTURE DE L'ANNÉE DE LA VIE CONSACRÉE AU DIOCÈSE DE TSHUMBE
ÉCHOS DE LA CLÔTURE DE L'ANNÉE DE LA VIE CONSACRÉE AU DIOCÈSE DE TSHUMBE
ÉCHOS DE LA CLÔTURE DE L'ANNÉE DE LA VIE CONSACRÉE AU DIOCÈSE DE TSHUMBE
ÉCHOS DE LA CLÔTURE DE L'ANNÉE DE LA VIE CONSACRÉE AU DIOCÈSE DE TSHUMBE
Repost 0
Published by Abbé Léonard LUMBUTU - dans EVENEMENTS
commenter cet article
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 10:19

Au quinzième dimanche du Temps ordinaire de l’Année liturgique B, le 12 juillet 2015, S.Exc. Mgr Nicolas Djomo, Evêque de Tshumbe, a ordonné diacres trois de ses séminaristes lors d’une célébration eucharistique dans la Cathédrale Sainte-Marie. Il s’agit notamment des Abbés KASONGO Bernard, DIMOMBE Albert et TOKO Paul.

 

Dans son homélie, s’inspirant de la liturgie de la Parole du jour, S.Exc. Mgr Nicolas a d'abord exhorté ses ouailles à vivre leur sacerdoce commun sans réserve et sans condition de manière à être toujours le ferment qui fait lever la pâte du monde.

 

S’adressant aux ordinands, l’Officiant a fait remarquer que la mission d’annoncer la Parole du Christ demeure à la fois exigeante et difficile. Exigeante parce qu’elle ne garantit aucune sécurité matérielle, tout en impliquant une pauvreté radicale; et difficile parce qu’elle expose aux contradictions et aux railleries de ceux envers qui on est envoyé. Seule une foi solide au Christ, a-t-il poursuivi, permet à tout envoyé de braver ces obstacles, de sentir la misère des autres et de convertir les cœurs des personnes: ce fut l’unique force qui a permis au prophète Amos et aux Apôtres du Christ de tenir bon sans jamais se laisser vaincre par l’adversité et l’âpre rejet dont ils étaient objet dans leur mission. Cette foi, a encore renchéri le Prélat catholique, exige du disciple une vie cohérente comme seul moyen de témoigner de la vérité de l’Evangile.

 

Avant de conclure, ayant fait de la paix sa priorité pastorale du moment, l’Ordinaire du lieu n’a pas manqué d’inviter ses nouveaux diacres à être eux aussi des apôtres de la paix, à éviter toute compromission avec les tendances politiques tout en se modelant sur la neutralité et le courage du prophète Amos qui se résume dans la trilogie «annoncer-dénoncer-renoncer».

 

La Cathédrale, pleine à craquer, chantait les merveilles du Seigneur pour l’envoi de trois nouveaux ouvriers à sa vigne.

 

La messe, ayant commencé à 8h30, se terminera à 11h27.

 

Fait à Tshumbe, le 13 juillet 2015

 

 

Abbé Léonard LUMBUTU

Secrétaire-Chancelier.

 

CONFIGURÉS AU CHRIST SERVITEUR DE TOUS, TROIS DIACRES ONT ÉTÉS ORDONNÉS AU SERVICE DU PEUPLE DE DIEU DANS LA "DIACONIE" DE LA LITURGIE, DE LA PAROLE ET DE LA CHARITÉ À TSHUMBE
CONFIGURÉS AU CHRIST SERVITEUR DE TOUS, TROIS DIACRES ONT ÉTÉS ORDONNÉS AU SERVICE DU PEUPLE DE DIEU DANS LA "DIACONIE" DE LA LITURGIE, DE LA PAROLE ET DE LA CHARITÉ À TSHUMBE
CONFIGURÉS AU CHRIST SERVITEUR DE TOUS, TROIS DIACRES ONT ÉTÉS ORDONNÉS AU SERVICE DU PEUPLE DE DIEU DANS LA "DIACONIE" DE LA LITURGIE, DE LA PAROLE ET DE LA CHARITÉ À TSHUMBE
CONFIGURÉS AU CHRIST SERVITEUR DE TOUS, TROIS DIACRES ONT ÉTÉS ORDONNÉS AU SERVICE DU PEUPLE DE DIEU DANS LA "DIACONIE" DE LA LITURGIE, DE LA PAROLE ET DE LA CHARITÉ À TSHUMBE
CONFIGURÉS AU CHRIST SERVITEUR DE TOUS, TROIS DIACRES ONT ÉTÉS ORDONNÉS AU SERVICE DU PEUPLE DE DIEU DANS LA "DIACONIE" DE LA LITURGIE, DE LA PAROLE ET DE LA CHARITÉ À TSHUMBE
CONFIGURÉS AU CHRIST SERVITEUR DE TOUS, TROIS DIACRES ONT ÉTÉS ORDONNÉS AU SERVICE DU PEUPLE DE DIEU DANS LA "DIACONIE" DE LA LITURGIE, DE LA PAROLE ET DE LA CHARITÉ À TSHUMBE
Repost 0
Published by Abbé Léonard LUMBUTU - dans EVENEMENTS
commenter cet article
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 22:13

"DERRIÈRE TOUT GRAND HOMME, IL Y A UNE GRANDE DAME"

MESSAGE DU COLLECTIF DES FEMMES DU SANKURU  ADRESSÉ

AUX FILLES ET FILS DU SANKURU POUR LA PROMOTION DE L'UNITÉ ET DE LA PAIX

 

L'héritage historique du Sankuru est celui d'un peuple uni. Debout pour l'unité et la paix, les femmes du Sankuru, réunies autour du Collectif des Femmes du Sankuru pour la Paix, CFSP en sigle, expriment leur volonté de bannir de leur terroir la culture des antivaleurs: guerres fratricides, vol, viol, division et médisance... Elles veulent que sur toute l'étendue de la nouvelle Province du Sankuru règnent l'unité, la concorde et la paix.

 

Déterminées à lutter contre la division, le séparatisme, la violence et le viol, les  femmes du Sankuru sortent de leur silence pour s'engager à jouer le rôle de grandes dames derrière les grands hommes du Sankuru.

 

Avant de parler aux filles et fils du Sankuru, les femmes du Collectif se sont regardées les yeux dans les yeux et se sont parlées entre elles. Saluant l'apport du Prélat Catholique de Tshumbe, elles ont tenu de prime abord à le remercier pour la belle initiative de campagne au profit de la paix et l'unité au Sankuru.

 

La mémoire de Patrice-Emery LUMUMBA, digne fils du Sankuru, fut aussi honorée pour avoir "défini la politique comme étant le schéma tactique et stratégique permettant de passer de la pauvreté à la richesse, de la famine à l'abondance, de la maladie à la bonne santé, et de l'analphabétisme à l'éducation". Voilà pourquoi elles en appellent à travers leur message à la réconciliation de tous les enfants du Sankuru afin que la paix et l'unité soient vécues en actes du Nord au Sud et de l'Est à l'Ouest de la nouvelle Province.

 

Administration du Blog. 

DERRIÈRE TOUT GRAND HOMME, IL Y A UNE GRANDE DAME
DERRIÈRE TOUT GRAND HOMME, IL Y A UNE GRANDE DAME
DERRIÈRE TOUT GRAND HOMME, IL Y A UNE GRANDE DAME
DERRIÈRE TOUT GRAND HOMME, IL Y A UNE GRANDE DAME
DERRIÈRE TOUT GRAND HOMME, IL Y A UNE GRANDE DAME
DERRIÈRE TOUT GRAND HOMME, IL Y A UNE GRANDE DAME
Repost 0
Published by FEMMES DU SANKURU - dans EVENEMENTS
commenter cet article
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 16:52

En marge du 40ème anniversaire du pèlerinage "ENYAMBA LA WAADI", une rencontre de famille avait convié les Sages du Sankuru au Centre Bondeko, à Kinshasa-Limete, le 28 juin 2015.

 

Échangeant sur l'urgence de promouvoir et de consolider la paix de coeur et d'esprit au sein des populations de la nouvelle Province du Sankutru, les Sages sankurois avaient stigmatisé le fait qu'individuellement les ressortissants du Sankuru brillent dans presque tous les domaines de la vie nationale, ils démontrent d'être forts mais collectivement ils sont faibles. D'où la difficulté que connait l'ancien District de pouvoir décoller. Que faire, se sont-ils interrogés? La solution, répondirent-ils, ne peut être envisagée que dans le vieil adage qui dit: "l'Union fait la force". Car, à l'instar d'un corps humain, le Sankuru constitue le coeur de la RDC.

 

Pour ce faire, "nous ne pouvons pas nous permettre le luxe de rendre ce coeur malade; au contraire, par notre dynamisme, notre savoir-faire et notre cohésion nous avons le devoir sacré de contribuer efficacement à l'émergence de notre Province ainsi qu'à celle de la République Démocratique du Congo" (Extrait du Discours du Conseil National des Sages du Sankuru). 

 

Prenant date le jour et le quadre de leur engagement irréversible, les Politiques, les Opérateurs économiques et les Acteurs de la Société civile du Sankuru se sont disposés à renforcer leurs liens de consanguinité pour pourvoir à un développement autonome de la Nouvelle Province au bénéfice de toutes ses populations. "Rien n'est plus glorieux et plus exaltant que de servir fidèlement nos populations en jouissant de leur confiance" (Extrait du Discours du Conseil National des Sages du Sankuru). 

 

ANJASHI WA TSHUMBE

Administration du Blog.

 

 

 

ASSOCIATION DES ANKUTSHU-ANAMONGO

« AAA » ASBL

Conseil national DES SAGES

Le Sankuru au cœur de la République Démocratique du Congo

Av. BOBOZO (Route des Poids lourds) N°40, Q SALONGO, Référence Pont Matete, C/LIMETE

Tél. : (+243) 999904285 ; (+243)813389965 ; (+243) 994648613(+243)810155506 e-mail : conseildessagesaaa@gmail.com

 

LISTE DES MEMBRES DU CONSEIL NATIONAL DES SAGES

 

NOM, POSTNOM ET PRENOM

QUALITE/FONCCTION

TELEPHONE

TERRITOIRE D’ORIGINE

Membres élus au Bureau du Conseil National des Sages

01

LOHEKELE KALONDA André

Président National

0999904285

0813389965

KATAKO-KOMBE

02

ADIMA OLANU ASIKA JEAN-ADELAR

Vice-Président National

0994648613/

0853115015

LODJA

03

LONGOMBA ILEKO CHRISPIN

Secrétaire Général

0810155506

KOLE

04

LUKALAKALA DJONGA JOSEPH

Secrétaire Général Adjoint

0824583620/

0854427934

LUSAMBO

05

KASONGO OYOWE RENE

Trésorier

0998278809/

LUBEFU

06

BENANA AKANGAKOY

Rélations Pub.

0851333746

LOMELA

Composition des Membres du Conseil National des Sages en raison de cinq membres par Territoire

 

01

OMATOKO PHILOMENE

 

0999202100

KATAKO-KOMBE

02

LOHEKELE KALONDA André

 

0999904285

KATAKO-KOMBE

03

KONDALOKO LEOPOLD

 

0819937281

KATAKO-KOMBE

04

OMAPAMI KASONGO LOSEKE JEAN-NESTOR

 

0993078321/

0855051531

KATAKO-KOMBE

05

WALO GENEVIEVE

 

0815035409/

0992949296

KATAKO-KOMBE

 

 

 

 

 

01

LONGOMBA ILEKO CHRISPIN

 

0810155506

KOLE

02

TSHIBUYI EUGENE

 

 

KOLE

03

NGOY GASPARD

 

0810505075

KOLE

04

WETCHONGA MODESTE

 

 

KOLE

05

KIBUSHI MARCEL

 

0815010622

KOLE

 

 

 

 

 

01

ADIMA OLANU ASIKA JEAN-ADELAR

 

0994648613

LODJA

02

LUKAMBA NGONGO Polycarpe

 

0810534841

LODJA

03

OLUKAKOY FATAKI ALBERT

 

 

LODJA

04

MENDE OLENGA Patrick

 

0998599525

LODJA

05

OKOMA KASONGO André

 

0810690861

LODJA

 

 

 

 

 

01

BENANA AKANGAKOY

 

0851333746

LOMELA

02

WANADI MBOYO PATRICE

 

0818808388

LOMELA

03

PONGO JEAN-PIERRE

 

0810327491

LOMELA

04

ELUKU NSALA BERTOLD

 

 

LOMELA

 

05

LUNGUNA EKANGA Séraphin

 

0823401340/

0977137255

LOMELA

 

 

 

 

 

01

KASONGO OYOWE RENE

 

0998278809/

LUBEFU

02

OSANGO OKITAKOY LAMBERT

 

0999909615

LUBEFU

03

Antoine OKITOKONDA DIKOKE

 

0999532839

LUBEFU

04

OLENGO OKATSHA Yvon

 

0998901919

LUBEFU

05

AHONDO KEMBA Florence

 

0999065871

LUBEFU

 

 

 

 

 

01

LUKALAKALA DJONGA JOSEPH

 

0824583620/

0854427934

LUSAMBO

02

MWAMPATA JEAN-BAPTISTE

 

0859745633

LUSAMBO

03

PHABISHILAKI BADIBANGA

 

0853884241

LUSAMBO

04

FUAMBA ANDRE

 

0998162021

LUSAMBO

05

 

 

 

LUSAMBO

 

ASSOCIATION DES ANKUTSHU-ANAMONGO

« AAA » ASBL

Conseil national DES SAGES

Le Sankuru au cœur de la République Démocratique du Congo

Av. BOBOZO (Route des Poids lourds) N°40, Q SALONGO, Référence Pont Matete, C/LIMETE

Tél. : (+243) 999904285 ; (+243)813389965 ; (+243) 994648613(+243)810155506 e-mail : conseildessagesaaa@gmail.com

 

 

LISTE DE RESPONSABLES DES MUTUELLES DES RESSORTISSANTS DES TERRITOIRES DU SANKURU A KINSHASA

 

 

NOM ET POST NOM

QUALITE

TELEPHONE

 

LOMELA

 

01

Norbert YAMBAYAMBA

Président

0818131879

0820019913

LODJA

 

02

Emilienne AKONGA

Présidente

 

LUBEFU

 

03

JEAN DE DIEU ONYA SHAKO

Président

0995212739

0810321621

LUSAMBO

 

04

LEONARD SHANGO LOHATA

Président

0810044377

KATAKO-KOMBE

 

09

LUKASO FERDINAND

Président

0818131879

10

Mme NDJEKA

Présidente a.i.

0815030482

KOLE

 

11

Floribert LOLONGI

Président

0813796293

 

ASSOCIATION DES ANKUTSHU-ANAMONGO

« AAA » ASBL

Conseil national DES SAGES

Le Sankuru au cœur de la République Démocratique du Congo

Av. BOBOZO (Route des Poids lourds) N°40, Q SALONGO, Référence Pont Matete, C/LIMETE

Tél. : (+243) 999904285 ; (+243)813389965 ; (+243) 994648613(+243)810155506 e-mail : conseildessagesaaa@gmail.com

 

 

MEMBRES DE LA COORDINATION URBAINE DE KINSHASA/ANKUTSHU-ANAMONGO

 

 

NOM ET POST NOM

 

QUALITE/FONCTION

 

TELEPHONE

TERRITOIRE D’ORIGINE

01

Monsieur EDOX DIHEKA

Président Urbain

0999910500

KATAKO

02

Monsieur ESOMANGUWA

V/P Comité Urbain

 

LODJA

03

Monsieur DIHONDJO

V/P Comité Urbain

 

LOMELA

04

Monsieur BEBETA

V/P Comité Urbain

 

LODJA

05

Maitre Paul DIOWO

SG Comité Urbain

0819137558

KATAKO

06

Monsieur SHONGO

Pdt Communal /LIMETE

0815196484

KATAKO

07

Monsieur KASONGO Bourg. Adj MATETE

Pdt Communal/MATETE

 

 

08

Monsieur Dovel OKITONDO

Pdt Communal N’SELE

0824649600

KATAKO

09

Madame Emilienne

Pdt Communal LEMBA

 

 

10

Monsieur ESAKO

Pdt Communal MASINA

 

LODJA

11

Monsieur LOKANGA

V/Pdt Communal/MASINA

0816532641

KATAKO

12

Monsieur CESAR

Pdt Communal/KISENSO

 

 

 

Fait à Kinshasa, le 06/07/2015

LE SANKURU, NOTRE MAISON COMMUNE, CONSTITUE LE COEUR DE LA RDC
LE SANKURU, NOTRE MAISON COMMUNE, CONSTITUE LE COEUR DE LA RDC
LE SANKURU, NOTRE MAISON COMMUNE, CONSTITUE LE COEUR DE LA RDC
LE SANKURU, NOTRE MAISON COMMUNE, CONSTITUE LE COEUR DE LA RDC
LE SANKURU, NOTRE MAISON COMMUNE, CONSTITUE LE COEUR DE LA RDC
LE SANKURU, NOTRE MAISON COMMUNE, CONSTITUE LE COEUR DE LA RDC
LE SANKURU, NOTRE MAISON COMMUNE, CONSTITUE LE COEUR DE LA RDC
LE SANKURU, NOTRE MAISON COMMUNE, CONSTITUE LE COEUR DE LA RDC
LE SANKURU, NOTRE MAISON COMMUNE, CONSTITUE LE COEUR DE LA RDC
LE SANKURU, NOTRE MAISON COMMUNE, CONSTITUE LE COEUR DE LA RDC
LE SANKURU, NOTRE MAISON COMMUNE, CONSTITUE LE COEUR DE LA RDC
LE SANKURU, NOTRE MAISON COMMUNE, CONSTITUE LE COEUR DE LA RDC
LE SANKURU, NOTRE MAISON COMMUNE, CONSTITUE LE COEUR DE LA RDC
Repost 0
Published by Association des Ankutshu-Anamongo - dans EVENEMENTS
commenter cet article
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 10:26

Tout en rejetant l’option d’une prêtrise «cléricale», le pape François, s'adressant aux prêtres du Diocèse dont il est Évêque, avait tenu à rappeler que la première source de vie pour un prêtre est la «fraternité presbytérale», c'est-à-dire la communauté de vie avec les autres prêtres du diocèse. Car, la physionomie du presbyterium doit être celle d’une vraie famille et d’une fraternité dont les liens ne sont ni de chair ni de sang, mais de la grâce d'un sacrement de communion qu'est l’Ordre. Cette grâce doit assumer et élever les rapports humains, psychologiques, affectifs, amicaux et spirituels entre prêtres.

 

Pour célébrer la joie du retour au Diocèse de monsieur l'abbé Basile EKANGA, Mgr Nicolas Djomo, Évêque du Confrère, a organisé le 05 juillet courant, une soirée très simple, mais de grande joie, pleine de convivialité et de fraternité presbytérale. Le palais épiscopal ayant servi de quadre.

 

Au cours de la soirée à laquelle furent conviés tous les prêtres présents à Tshumbe Sainte-Marie, le mot qui se scandait le plus était "YAAYO".  "YAAYO" au prêtre en l'honneur, l'invité de la soirée, abbé Basile EKANGA.

 

En effet, avec deux diplômes en poche, monsieur l'abbé Basile EKANGA  rentre  au diocèse muni de deux papiers de grande valeur scientifique: le doctorat en Philosophie et le doctorat en Théologie.

 

Après une longue absence que désormais le retour efface, monsieur l'abbé Basile réintègre la pastorale du diocèse et accepte de se consacrer particulièrement à l'éducation de la jeunesse estudiantine de l'Université Notre-Dame de Tshumbe, UNITSHU en sigle,  comme Professeur. 

 

Avec une charge horaire bien pleine, le Professeur Basile EKANGA entend contribuer  à la formation d'une jeunesse dont "le Sankuru, notre maison commune", a tant besoin.  

 

Pendant le repas qu’il partageait ensemble avec l'Ordinaire du lieu et ses Confrères, l’invité d’honneur a pris la parole pour traduire sa plus grande joie de se retrouver parmi les siens et surtout de se sentir très affectueusement porté par ses confrères autour de son Evêque.

 

Parlant de la rencontre, il concluait son petit mot en disant: «C’est un signe fort d’amitié et d’encouragement que je vis en ce moment et qui me rend vraiment heureux parmi vous. Soyez tous remerciés».

 

Quelle immense joie pour les plus jeunes prêtres de faire connaissance d'un ainé qu'ils ne connaissaient que de nom!


"Ô temps! suspends ton vol, et vous, heures propices! Suspendez votre cours, s'exclameraient tous les convives!  Laissez-nous savourer les rapides délices de la soirée!

 

Avec Alphonse de Lamartine les commensaux de la soirée pouvaient ainsi traduire leurs états d'âme.

 

L’heure était vraiment à la fraternisation et à la convivialité des minutes et des heures de la soirée.
 

«Ejeja ka la wojja heedima la ka la ngelo», enseigne la Sagesse de nos ancêtres.

 

Commencée à 19h00, la soirée de réception s’est clôturée à 22h00.

 

Fait à Tshumbe, le 06 juillet 2015.

 

Abbé Léonard LUMBUTU

Secrétaire-Chancelier

LA JOIE DU RETOUR AU DIOCÈSE DE L’ABBÉ BASILE EKANGA
LA JOIE DU RETOUR AU DIOCÈSE DE L’ABBÉ BASILE EKANGA
LA JOIE DU RETOUR AU DIOCÈSE DE L’ABBÉ BASILE EKANGA
LA JOIE DU RETOUR AU DIOCÈSE DE L’ABBÉ BASILE EKANGA
LA JOIE DU RETOUR AU DIOCÈSE DE L’ABBÉ BASILE EKANGA
LA JOIE DU RETOUR AU DIOCÈSE DE L’ABBÉ BASILE EKANGA
Repost 0
Published by Abbé Léonard LUMBUTU - dans EVENEMENTS
commenter cet article
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 11:22

Initiée et prise en charge par l’Evêque de Tshumbe depuis le 19 janvier 2014 dans le territoire administratif de Lodja, la Campagne de sensibilisation pour  la paix et l’unité au Sankuru poursuit son petit bonhomme de chemin. 

 

Dans le territoire de Katako-Kombe, la question de la cohabitation pacifique entre les couches populaires se pose avec acuité. Quel est le démon de la division qui mine ce peuple?  

 

Sur invitation de S.E. Mgr Nicolas DJOMO, Evêque de Tshumbe, les représentants de différentes couches de la population de Katako-Kombe se sont réunis dans le chef-lieu du territoire, du 29 au 30 mai 2015. Ils ont prié et réfléchi ensemble pour répondre à la question. L'étude des voies et moyens de promouvoir la paix, la sécurité et la cohabitation pacifique a été menée. 

 

En effet,  la journée du vendredi 29 mai 2015 était consacrée aux entretiens de l’Evêque avec les différents groupes (le Conseil de Sécurité du territoire, les Chefs de Secteurs, les Chefs de Groupements, la Société Civile, les Notables, les Mamans, les Nouveaux Candidats à la députation provinciale et les Jeunes). Celle-ci avait tenté, de prime abord, de décrire et d’analyser la situation telle qu'elle prévaut à Katako-Kombe, aux fins d’en dégager les voies de sortie. Tous ont exprimé à l'unanimité l’ampleur de la souffrance qui afflige aujourd’hui les filles et fils de ce territoire, souffrance qui se traduit par de graves violences entrainant insécurité, agressions physiques sanglantes et mort d’hommes. De l’analyse faite, il ressort deux causes majeures génératrices de la crise actuelle:

  1. Les discours de division et de haine des acteurs politiques

Les tiraillements et les tensions autour de l’éternelle question du partage des terres cultivables et des lagunes poissonneuses se réglaient toujours pacifiquement moyennant des compromis et des pactes. Mais depuis les compétitions électorales pour les députations provinciale et nationale qui ont commencé en 2006 et se sont reprises en 2011, les discours des campagnes électorales des acteurs politiques, généralement basés sur le principe machiavélique de "divide et impera" (diviser pour -mieux- régner), vont alors susciter et développer la haine entre les Ahamba (Secteurs de Ngando, Watambolo Nord et Watambolo Sud) et les Basambala. Le venin de la division et de la haine ainsi inoculé aura comme l’une de graves conséquences l’exacerbation de ces tiraillements et tensions autour du partage des terres et des lagunes poissonneuses jusqu'à provoquer mort d'homme.

  1. L’affaiblissement de l’autorité territoriale et coutumière

Tous ont convenu que les interférences incongrues et rébarbatives des acteurs politiques dans l’administration ont fini par neutraliser les autorités territoriales en même temps qu’elles ont vidé de sa substance le pouvoir coutumier. Ceci provoque la carence d’une autorité régulatrice des conflits et problèmes locaux, autorité autrefois existante et puissante. Cet affaiblissement de l’Etat et du pouvoir coutumier se nourrit malheureusement de la situation de pauvreté dans laquelle croupissent et les autorités territoriales et les chefs coutumiers, tous à la solde du "mieux-offrant".

 

Par ailleurs, pour ramener la paix, la sécurité et la cohabitation pacifique entre les filles et fils de Katako-Kombe, les participants aux entretiens avec S.E. Mgr Nicolas DJOMO, Evêque de Tshumbe, ont suggéré quelques pistes de solution:

  1. Que l’Evêque de Tshumbe aille rencontrer les élus du territoire de Katako-Kombe pour leur partager le compte rendu de ces assises. Qu'il leur demande de bien vouloir changer de stratégie de campagne électorale en abandonnant les discours qui divisent au profit de discours unificateurs et incitateurs au développement;
  2. Qu’il les invite aussi à descendre sur terrain à la rencontre de leurs électeurs afin de trouver ensemble des voies et moyens de solution à la crise;
  3. Que l’Etat pense à protéger les chefs coutumiers par la création et la mise en application d’une loi organique qui vise à leur restituer et à stabiliser le pouvoir que leur ont ravi les acteurs politiques;
  4. Que les autorités territoriales et coutumières se comportent en responsables dignes de leur pouvoir, privilégiant le bien-être de leur population aux intérêts mesquins et sordides qu’ils gagneraient de leur allégeance aux acteurs politiques; et qu’elles arrêtent ainsi de se laisser instrumentaliser à cause de la pauvreté mais soient plutôt, pour leurs sujets, promotrices d’une auto-prise en charge responsable, car le travail ennoblit.

La journée du 30 mai fut celle de la clôture des assises. Elle a connu la célébration d’un culte interreligieux pour demander au Seigneur la paix et l’unité des filles et fils de Katako-Kombe.

 

Dans son sermon de circonstance, S.E. Mgr Nicolas DJOMO a montré que la paix est un bien suprême, une nécessité vitale pour tous, et donc une denrée chère à un peuple. Sans la paix, disait-il, il n’y a ni développement ni prospérité. Mais il n’y a pas non plus de paix possible sans vertus, a-t-il ajouté. Car, bien qu’étant un attribut et un don de Dieu, la paix est aussi une tâche humaine. Dans sa création, en effet, Dieu a doté l’homme des atouts nécessaires pour poursuivre son œuvre  de salut: intelligence, sagesse, conscience et amour. Chacun de nous, a poursuivi l’Evêque de Tshumbe, à quelque niveau qu’il se trouve, devient ainsi un instrument de pacification et un témoin crédible d’une vie réconciliée en Jésus, en qui s’est écroulé une fois pour toutes le mur de la haine et de la division qui séparait juifs et païens (Cf. Ep. 2, 12-17).

 

Avant de conclure, S.E. Mgr Nicolas DJOMO a rappelé à l’assemblée que faire la politique n’est pas un péché, mais c’est la meilleure des choses qui soit, en tant que moyen de régulation et de direction de la cité vers le bien-être commun.

 

Toutefois, a-t-il fait remarqué, la politique peut devenir dangereuse à partir du moment où elle se construit à base d’un discours dévastateur porteur de haine et de division, capable de faire basculer la communauté dans le chaos et la jungle! Il est donc possible, a conclu le Prélat, de faire autrement la politique sans se salir les mains et de battre une campagne électorale propre et paisible, basée sur un discours constructif.

 

Après le sermon de l’Evêque de Tshumbe et les prières de  repentance de différents Chefs religieux qui s’en sont suivies, vint le moment pour les différentes couches de la population de se succéder à la tribune pour adresser des messages de paix et d’unité au profit d'une cohabitation pacifique entre filles et fils du territoire de Katako-Kombe, terre natale de Patrice Emery LOMUMBA, notre Héros national, symbole de l'unité des congolais.

 

Fait à Tshumbe, le 01 juin 2015

 

Abbé Léonard LUMBUTU

Secrétaire-Chancelier

 

JOURNÉES DE RÉFLEXION ET DE PRIÈRE POUR LA PAIX ET L’UNITÉ DANS LE TERRITOIRE DE KATAKO-KOMBE
JOURNÉES DE RÉFLEXION ET DE PRIÈRE POUR LA PAIX ET L’UNITÉ DANS LE TERRITOIRE DE KATAKO-KOMBE
JOURNÉES DE RÉFLEXION ET DE PRIÈRE POUR LA PAIX ET L’UNITÉ DANS LE TERRITOIRE DE KATAKO-KOMBE
JOURNÉES DE RÉFLEXION ET DE PRIÈRE POUR LA PAIX ET L’UNITÉ DANS LE TERRITOIRE DE KATAKO-KOMBE
JOURNÉES DE RÉFLEXION ET DE PRIÈRE POUR LA PAIX ET L’UNITÉ DANS LE TERRITOIRE DE KATAKO-KOMBE
JOURNÉES DE RÉFLEXION ET DE PRIÈRE POUR LA PAIX ET L’UNITÉ DANS LE TERRITOIRE DE KATAKO-KOMBE
JOURNÉES DE RÉFLEXION ET DE PRIÈRE POUR LA PAIX ET L’UNITÉ DANS LE TERRITOIRE DE KATAKO-KOMBE
Repost 0
Published by Abbé Léonard LUMBUTU, Secrétaire-Chancelier - dans EVENEMENTS
commenter cet article
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 09:46
Rassasiés de massacres, de violences et de viols, les congolais de l'Est de la République Démocratique du Congo vivent en détresse. Réunis en session ordinaire, l'Archevêque et les Évêques, membres de l’Assemblée Épiscopale Provinciale de Bukavu livrent un Message plein d'amertume. Ils expriment leur compassion et leur solidarité aux populations meurtries de l'Est. Après avoir observé les faits et les réalités du terrain, ils n'ont pas manqué de s'interroger sur l'attitude de la Communauté internationale et celle de l’État congolais: démissio, indifférence ou complicité? Ils espéraient la paix, rien de bon!

Mon âme est rassasiée de malheur; et ma vie est au bord de l’abîme (Ps 88,4)

 

NOTRE CRI POUR LE RESPECT ABSOLU DE LA VIE HUMAINE

Message de l’ASSEPB aux fidèles chrétiens et aux hommes de bonne volonté

 

PRÉAMBULE

1. Nous, Archevêque et Évêques, membres de l’Assemblée Épiscopale Provinciale de Bukavu, réunis à Butembo en session ordinaire du 16 au 23 mai 2015, avons fait le tour des situations socio-pastorales de notre Province Ecclésiastique. Nous avons particulièrement touché du doigt la profonde détresse des populations meurtries par les violences qui sévissent en territoire et ville de Béni depuis bientôt deux ans et qui vont s’intensifiant.

2. Déjà à notre descente de l’avion à Butembo, le 16 mai dernier, les jeunes nous ont exprimé tout leur désarroi: en effet depuis cinq ans, ils avaient programmé d’organiser leur congrès interdiocésain qui n’a jamais eu lieu à cause de l’insécurité. En outre, ils nous ont demandé d’être leurs porte-paroles auprès des instances de décision tant nationales qu’internationales. Nous communions aux souffrances de tant de frères et soeurs sacrifiés. Voilà pourquoi, après avoir écouté, prié et réfléchi, nous parlons. Je crois et je parlerai, moi qui ai beaucoup souffert, moi qui ai dit dans mon trouble: l’homme n’est que mensonge (Ps 115,10-11).

 

A. QU’AVONS-NOUS VU ET ENTENDU? Faits et réalités

Si je sors dans la campagne, voici les victimes de l’épée.Si je rentre dans la ville voici des torturés de la faim (Jr 14,18ab).

 

3. Depuis plus de vingt ans, les populations de l’Est de la R.D. Congo, spécialement celles des Provinces du Nord et Sud Kivu, sont victimes de guerres et d’insécurité. En 2010, le bilan des victimes était chiffré à 6 millions de morts sur l’ensemble du territoire national. Et la série continue, spécialement dans les territoires de l’Est.

4. Pour rappel, les coupeurs de route entre Walungu et Kamituga, entre Bukavu et Uvira, entre Uvira et Fizi, entre Butembo et Goma, entre Butembo et Kasindi étranglent la population sur le plan économique. Nous déplorons les enlèvements contre rançon, la tentative de kidnapping à Lulingu-Shabunda de Mgr Placide Lubamba, évêque de Kasongo, le 12.05.2015. Nous sommes indignés par le silence autour des trois pères assomptionnistes enlevés le 19.10.2012 à la paroisse N.D. des Pauvres de Mbau, les pères Edmond Bamtupe Kisughu, Jean-Pierre Mumbere Ndulani et Anselme Kakule Wasukundi: sont-ils encore vivants ou déjà morts ? Pareillement, plus de 837 personnes ont été enlevées en territoire et ville de Beni depuis 2010.

5. Nous dénonçons les massacres de Mutarule-Uvira, survenus le 06.06.2014 avec 34 morts; de Mukungwe-Bukavu, le 08.03.15 avec 8 tués dans le carré minier; de Mweso-Goma, le 25.02.2015, où l’abbé Jean-Paul Kakule a été assassiné; de Ngadi-Beni, le 15 et le 16.10.2014 avec 32 morts; de Tepiomba, Kinyamusege et Vemba-Beni, le 21.11.2014 avec 82 personnes tuées par machettes et haches, sans parler d’autres carnages survenus récemment dans la zone de Beni à Oicha, Ahili, Manzanzaba, Apetina, Maisha Jembe, Mulolya, Musuku, Mabatutu, Mongomongo etc. Les organisations de la Société Civile ont enregistré des massacres de plus de 419 personnes à Beni ville et territoire, entre octobre 2014 et mai 2015.

6. Ces derniers temps, les violences y ont atteint une intensité intenable, proche de la rupture. Chaque jour les tueurs imaginent et mettent en oeuvre des pratiques de plus en plus cruelles. Les innombrables groupes armés sont autant de prédateurs qui continuent à se comporter en redoutables ennemis d’un peuple laissé-pour-compte. Comme dans une jungle, ces malfaiteurs incendient des villages en toute impunité, provoquant le déplacement massif de la population vers les cités où elle est vouée à la famine et à la misère. Les criminels tuent brutalement avec des machettes, des couteaux ou des haches: certaines de leurs victimes ont la gorge tranchée, les bras de nombreux enfants sont mutilés, des femmes enceintes éventrées et des familles entières sont décimées. Ce sont des véritables actes génocidaires, des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité.

 

B. QU’EN PENSONS-NOUS? Enjeux et portée de la situation

Nous espérions la paix et rien de bon! le temps de la guérison: voici l’épouvante (Jr 8,15)

 

7. Nous essayons d’interpréter l’analyse de la population face à cette crise, en considérant l’agir des bourreaux et celui du pouvoir politique comme celui de la Communauté Internationale.

8. Du côté des bourreaux, nous observons la mise en place d’une terreur d’épuration systématique des personnes, d’une stratégie de déplacement forcé des populations en vue d’occuper progressivement leurs terres et de l’installation des foyers d’intégrisme religieux et des bases d’entraînement terroriste. Tout cela se passe dans un contexte d’une mafia économique et d’un affairisme politico-militaire alimenté par les pillages à grande échelle d’abondantes ressources naturelles : minières, forestières, animales et pétrolières.

9. Du côté du pouvoir politique et de la Communauté Internationale, nous ne pouvons certes pas dire que ces deux n’ont rien fait pour résoudre ce genre de problème. Nous reconnaissons en effet les mérites des initiatives et opérations telles que: la Conférence de Goma, Amani leo, les prouesses des FARDC pour défaire les forces des M23 avec l’aide de la MONUSCO en novembre 2013, l’énergie déployée par l’État congolais pour mettre fin au désordre dans d’autres Provinces du Pays. Nous rendons hommage aux officiers et soldats congolais ou onusiens qui se sont dévoués ou qui ont versé leur sang pour cette cause.

10. Mais curieusement la sécurité, la paix et l’intégrité territoriale ne semblent pas avoir été prioritaires dans la stratégie des autorités publiques; elles constituent pourtant des conditions préalables à tout effort de construction, de reconstruction et de modernisation. En tout cas, de manière générale, l’État laisse pourrir la situation à l’Est du Pays. Nous avons des difficultés à comprendre les ambigüités, les tergiversations et les paradoxes de notre gouvernement. Après chaque crise, les missions se succèdent en cascade et en vain car les autorités écoutent mais aucune action concrète ne suit, en réponse aux attentes pourtant clairement exprimées par la population. Dès lors, nous nous demandons: face à cette insécurité, le gouvernement serait-il incapable, démissionnaire ou complice?

11. Incapable? Peut-être! Et pourtant il a démontré son savoir faire dans d’autres cas. Par contre, ici il installe des officiers au passé chargé qui ont causé bien des torts à la population. Ceux-ci sont positionnés à des frontières sensibles, en face de leurs anciens complices. En outre, ils sont soutenus au centre du pouvoir congolais par leurs collègues bien connus, placés à des postes stratégiques. Alors on assiste à un enlisement récurent des conflits aux frontières. Quand sont ruinées les fondations, que peut faire le juste? (Ps 10,3).

12. L’État serait-il démissionnaire et complice? C’est possible! Mais alors pour quelle raison et quel intérêt? Toujours est-il qu’en situation de crise, on entend des délégués du pouvoir chercher à accuser des particuliers, notamment la population locale, les commerçants et certains politiciens qui sont aux affaires. À supposer que leurs allégations soient avérées, que fait l’État de l’Armée, de la Police nationale, des Services de Renseignement et de la Justice qui sont mis à sa disposition pour assurer sa souveraineté? En laissant à des individus et des groupes perturber impunément la paix, l’ordre et la sécurité, cet État, pourtant détenteur du monopole de la force, s’acquitte-t-il encore de ses obligations régaliennes? Ne serait-il pas en train de démissionner tout en restant sur place? Cela ne risque-t-il pas d’être vu comme une complicité? Dans ce contexte, comment les élections transparentes, libres, démocratiques et apaisées pourront-elles avoir lieu dans cette partie de la République? Et si une partie de la population venait ainsi à être privée de ses droits politiques fondamentaux, ne se trouvera-t-elle pas de facto en situation d’exclusion, ce qui est un pas vers la balkanisation que nous avons déjà décriée (1)?

13. Il y a pire. Dans ce contexte, les jeunes désoeuvrés sans avenir deviennent la proie facile pour le recrutement des groupes armés y compris ceux gagnés au fondamentalisme religieux. En effet, dans le massif du Ruwenzori des groupuscules inoculent l’esprit djihadiste à leurs recrues qu’ils entraînent ensuite au terrorisme international. Leur base est constituée de ressortissants de toute sorte de nationalité qui s’établissent dans des camps d’entraînement appelés MédinaCanada et Parking Kaza Roho. Des jeunes congolais y sont fraîchement associés, trompés par des recruteurs sans scrupules qui leur promettent des bourses d’études pour le Moyen Orient, l’Europe ou le Canada. Pendant ce temps, la Communauté internationale observe avec ses drones! Faudra-t-il attendre que cet esprit se généralise pour que demain cette même Communauté Internationale fasse pleuvoir un déluge de feu sur la région sous prétexte de combattre le djihadisme?

14. Nous sommes donc en face de trois périls majeurs qu’un pouvoir responsable ne peut ignorer: un climat de génocide, un foyer d’intégrisme djihadiste et un processus de balkanisation. Les jeunes de Butembo-Beni, en nous accueillant, ont judicieusement cité une phrase d’Abraham Lincoln, ancien président des États-Unis: «On peut tromper une partie du peuple tout le temps; tout le peuple, une partie du temps. Mais pas tout le peuple, tout le temps». Comme nous l’avons déjà dit en 2013, en des circonstances semblables, la population de l’Est a la nette impression de n’être pas protégée par son État et d’être abandonnée par la Communauté Internationale malgré la présence renforcée mais nullement rassurante des troupes de la MONUSCO dans le Nord et le Sud Kivu.

 

C. QUE FAIRE? Exhortations

Ils dirent à Pierre et aux apôtres: Frères, que devons-nous faire?» (Ac 2,37b)

 

Au Président de la République

15. Que le Chef de l’Etat se mette face à ses responsabilités régaliennes, qu’il en fasse le bilan, qu’il pacifie tout le Pays pour l’organisation prochaine des élections à tous les niveaux et pour tous les citoyens du Pays.

 

À la MONUSCO et à la communauté internationale

16. Que la MONUSCO, qui célèbre le 15ème anniversaire de sa présence en R.D. Congo et qui pèse lourd sur les contribuables de la planète, s’évalue par rapport à sa mission de stabilisation pour améliorer son rendement. Nous saisissons cette occasion pour présenter nos condoléances aux forces tanzaniennes qui ont perdu deux de leurs Casques-bleu à Kisiki-Beni le 07.05.2015.

 

Aux Élus du peuple

17. Vous êtes élus par le peuple, vous avez reçu mandat de parler en son nom et vous êtes bien payés par ce même peuple ; chacun de vous perçoit mensuellement presqu’autant que 169 enseignants de l’école secondaire, autant que 270 militaires ou presqu’autant que 7 professeurs d’Universités. Êtes-vous vraiment fiers de votre silence sur ces problèmes vitaux de votre peuple, que d’autres doivent parler à votre place tandis que vous mangez et vous vous taisez ? Aurez-vous le courage de revenir tranquillement demain pour solliciter à nouveau la confiance de vos frères et soeurs meurtris par cette situation ?

 

Aux leaders des confessions religieuses chrétiennes

18. Nous vous encourageons à intégrer la dignité humaine dans la prédication de l’Évangile comme signe de la rédemption de Jésus Christ. Restons indéfectiblement attachés à notre espérance (He 10,23). Devant tous les peuples, témoignez de la paix que le Christ Ressuscité apporte au monde : La paix soit avec vous ! (cf. Jn 20,19.21.26)

 

Aux fidèles catholiques

19. Chers frères et soeurs, nous partageons vos joies, vos espoirs, vos tristesses et vos angoisses (cf. GS 1). À la clôture de ce mois marial, nous nous confions à l’intercession de Marie, Mère de Dieu, Mère de l’Église, Mère des hommes et Étoile de l’espérance. Accueillons l’Esprit Saint, don de Dieu et sous sa mouvance, laissons-nous purifier pour oeuvrer à l’avènement des cieux nouveaux et d’une terre nouvelle où règneront la paix et la justice (cf. 2P 3,13). Aussi nous vous exhortons à promouvoir et défendre avec persévérance la dignité de l’homme créé à l’image et ressemblance de Dieu (cf. Gn 1,26). Dans le monde vous connaîtrez l’épreuve : courage, j’ai vaincu le monde (Jn 16,33).

 

Aux autres croyants

20. Nous vous invitons à prendre distance de la violence, à cultiver la tolérance et à intégrer la valeur de la Miséricorde de Dieu, Créateur et Père de toute l’humanité.Aucune religion ne peut prôner la violence et se déclarer de Dieu (pape François).

 

Aux jeunes, espoir de demain

21. Fondez votre espérance en Dieu qui ne vous décevra jamais (cf. Rm 5,5). Cultivez la lucidité chrétienne pour ne pas vous laisser embarquer dans des aventures sans issues.Ne vous rendez pas complices des malheurs dans lesquels sont tenus vos frères (Hymne de carême).

 

Au peuple congolais

22. Priez et veillez : la prière est une école de l’espérance (Spe salvi 32). Que votre prière soit accompagnée d’une vigilance agissante : nous sommes à la veille des élections, ne vous laissez pas égarer par des aventuriers (cf. He 13,9). Que le Dieu de la patience et de la consolation oriente vos coeurs vers son amour et la construction de son Royaume (cf. Rm 15,5 ; 2Th 3,5). Nous vous exhortons à la solidarité pour venir à la rencontre de vos frères et soeurs éprouvés et démunis. Gardons notre Pays, la R.D. Congo, un et indivisible.

 

À vous, frères et soeurs égarés, auteurs de ces crimes odieux

23. Nous vous rappelons que nous sommes tous frères. Nous vous demandons de cesser la violence, d’éviter la tentation du gain sans effort et d’arrêter de pactiser avec l’Ennemi, pour construire ensemble une société plus juste, plus humaine et plus fraternelle.

 

Conclusion

24. A la veille de la Pentecôte, nous invoquons sur vous, fidèles chrétiens, l'Esprit de consolation, de lumière et de force, nous vous confions à l'intercession de Marie, Mère de Dieu, Reine de la Paix et nous implorons sur vous tous la bénédiction de Dieu Tout Puissant. Nous vous encourageons vous tous, hommes et femmes de bonne volonté, à oeuvrer pour la promotion des valeurs fondamentales de la justice, de la fraternité et de la paix qui soutiennent la dignité.

 

Donné à Butembo ce 23 mai 2015 à la veille de la Pentecôte.

 

Signataires:

 

  1. S. E. Mgr François Xavier MAROY, Archevêque de Bukavu et Président de l'ASSEPB;
  2. S. E. Mgr Théophile KABOY, Evêque de Goma;
  3. S. E. Mgr Melchisédech SIKULI, Evêque de Butembo-Béni;
  4. S. E. Mgr Willy NGUMBI, Evêque de Kindu;
  5. S. E. Mgr Sébastien-Joseph MUYENGO, Evêque d'Uvira;
  6. S. E. Mge Placide LUBAMBA, Evêque de Kasongo.

 

______________________

Note:

(1) cf. CENCO, Non à la balkanisation de la RD Congo, Kinshasa le 06 juillet 2012. 5

 

 
"NOTRE CRI POUR LE RESPECT ABSOLU DE LA VIE HUMAINE"
"NOTRE CRI POUR LE RESPECT ABSOLU DE LA VIE HUMAINE"
Repost 0
Published by BISHOPS ASSEPB - dans EVENEMENTS
commenter cet article
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 12:05

Ce dimanche 24 mai 2015, l’Eglise universelle vient de célébrer la solennité de la Pentecôte, qui est sa fête anniversaire. Née autour des Apôtres sous la mouvance de l’Esprit Saint, l’Eglise devait être, dans l’intention de son Fondateur, Sainte et Une, Catholique et Apostolique.

 

Au diocèse de Tshumbe, S.E. Mgr Nicolas DJOMO, Ordinaire du lieu, a choisi de célébrer cette solennité dans sa Cathédrale même, réunissant les fidèles des paroisses environnantes. «L’Esprit Saint vous conduira dans la vérité tout entière: vérité de Dieu, vérité de l’homme» fut le thème de sa prédication.

 

En effet, face à la prolifération des sectes de plus en plus violente, le chrétien catholique a plus que jamais besoin de la lumière sur le vrai Dieu à adorer, mais aussi sur le sens profond de sa vie. Face aux attaques contre la foi, aux adversités de tous genres et aux sollicitations du mauvais, toutes porteuses du venin de la haine et de la division, il a aussi besoin d’une nouvelle force pour témoigner d’une vie d’amour et de joie, de paix et d’unité, de patience et de bonté, de fidélité et de bienveillance, de douceur et de maitrise de soi. Mais seul l’Esprit de vérité peut donner cette force et cette lumière pourvu qu’on se laisse conduire par Lui, a exhorté l’Evêque de Tshumbe.

 

Au cours de la même célébration eucharistique, S.E. Mgr Nicolas DJOMO a administré le sacrement de la confirmation aux nombreuses dizaines des baptisés pour marquer spirituellement l’événement de la Pentecôte. Ainsi, il n’a pas manqué, de façon particulière, à exhorter les nouveaux confirmés au courage de la foi et au témoignage d’une vie exemplaire capable d’entrainer sur les nouvelles voies de l’Esprit.

 

Commencée à 08h30, la messe prit fin à 11h00.

ÉCHOS DE LA PENTECÔTE 2015 AU DIOCÈSE DE TSHUMBE
ÉCHOS DE LA PENTECÔTE 2015 AU DIOCÈSE DE TSHUMBE
Repost 0
Published by Abbé Léonard LUMBUTU, Secrétaire-Chancelier - dans EVENEMENTS
commenter cet article
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 12:18

Du 24 au 26 avril 2015, au diocèse de Tshumbe, dans la paroisse d'OMENDJADI Saint-Antoine, s’est tenue une grande rencontre diocésaine des Mamans catholiques. Elles sont venues de tous les coins du diocèse pour réfléchir ensemble sur la figure de Marie sous le thème: «Maman catholique, sur les traces de la Vierge Marie, Mère de Dieu».

 

Cette réflexion s’inscrit dans le sillage des préparatifs pour la XIVème Assemblée Générale Ordinaire du Synode des Évêques qui portera sur La vocation et la mission de la famille dans l’Église et dans le monde contemporain.

 

Le développement du thème a permis de retenir quelques enseignements clés qui définissent la mission de toute maman catholique à la suite de Marie, Notre Dame de la Sagesse: femme de prière, promotrice de la justice et de la miséricorde divine, de l’unité et de la paix. Sur ce dernier point, les différents intervenants ont relayé avec appoint la dernière lettre pastorale de S.E. Mgr Nicolas DJOMO, Évêque de Tshumbe, sur la nécessité de préserver la paix pour tous au Sankuru, terre de Patrice Emery Lumumba.

 

Dans son mot de circonstance, le Révérend Abbé André OLONGO, Directeur du Bureau pastoral et Aumônier de l’Association Mamans catholiques, n’a pas manqué de saluer la sollicitude pastorale de l’Évêque de Tshumbe, qui s’est fait représenter à cette rencontre par l’Abbé Directeur de la Commission diocésaine Justice et Paix.

 

Comme à l’ouverture, la clôture de cette rencontre, qui aura réussi à réunir 684 mamans, a été marquée par une grande célébration eucharistique, occasion pour les participants de rendre grâce au Seigneur pour le don de la femme à l’Église et à l’humanité.

 

Fait à Tshumbe, le 01 mai 2015.

 

Abbé Léonard LUMBUTU

Secrétaire-Chancelier

Photos d'archive
Photos d'archive

Photos d'archive

Repost 0
Published by Abbé Léonard LUMBUTU - dans EVENEMENTS
commenter cet article