Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : DIOCÈSE DE TSHUMBE
  • DIOCÈSE DE TSHUMBE
  • : Église Catholique au Sankuru, en République Démocratique du Congo.
  • Contact

Profil

  • Pierre Claude OKONDJO
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.

Rechercher

15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 12:28

1. Les Evêques membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) en visite ad limina à Rome du 11 au 15 septembre 2014 ont adressé aux fidèles catholiques et aux hommes de bonne volonté une lettre dans laquelle ils donnaient leur position au sujet de la révision constitutionnelle et annonçaient le retrait de l’Eglise catholique du Comité d’Intégrité de Médiation Electorale (CIME).

 

2.    Cette lettre a donné lieu à des interprétations diverses et suscité un vif débat dans l’opinion nationale. La CENCO précise qu’en donnant leur position au sujet de  la révision ou non des articles verrouillés de la Constitution, les Evêques catholiques, en tant que pasteurs et citoyens congolais, ne se mêlent pas de la politique, mais ils exercent leur droit et leur mission prophétique de veilleurs et d’éveilleurs des consciences (cf. Gaudium et Spes, n. 76, 5).

 

3. Fort malheureusement, en certains endroits, en lieu et place des débats citoyens, on a enregistré injures, diffamations, jusqu’aux actes de violence sur des ecclésiastiques. Tel ce qui s’est passé le dimanche 12 octobre dans la Cité de Lodja.

 

4. La CENCO condamne ces actes d’agression et de barbarie. C’est inadmissible de s’attaquer au personnel ecclésiastique qui, fidèle à sa hiérarchie, exerce son ministère pastoral. La CENCO saisit les Autorités publiques compétentes pour que soit garantie la sécurité des prêtres, des religieux et religieuses, des agents pastoraux, ainsi que des lieux de culte.

 

5. La CENCO rappelle que la Constitution de la République garantit la liberté d’expression comme un droit inviolable reconnu à tout citoyen. La diversité d’opinions construit la démocratie, tandis que la violence ne peut en aucun cas contribuer à l’édification de la société. La CENCO en appelle donc à un débat d’idées serein, constructif et respectueux des personnes.

 

6. La CENCO entend également fixer l’opinion sur le fait qu’il n’y a pas de soulèvement d’une partie de fidèles catholiques contre la hiérarchie de l’Eglise, mais bien une manipulation de quelques jeunes non catholiques à des fins inavouées.

 

7. La CENCO appelle les fidèles catholiques, en communion avec leurs pasteurs, à prier pour la paix dans le pays et le bien-être du Peuple congolais. C’est dans cet esprit qu’elle les invite à prendre part active aux trois jours de prières qui seront organisés du 17 au 19 octobre 2014 dans les paroisses et différentes communautés sacerdotales et religieuses afin que Dieu illumine l’avenir de la Nation, qu’il protège notre peuple, qu’il nous prenne en grâce et nous bénisse (cf.Ps 66).

 

Fait à Kinshasa, le 14 octobre 2014                  

Au nom de la CENCO,

 

 

Abbé Léonard SANTEDI    

Secrétaire Général de la CENCO.  

 

MISE AU POINT DE LA CONFÉRENCE ÉPISCOPALE NATIONALE DU CONGO
Repost 0
Published by Abbé Léonard SANTEDI, SG CENCO. - dans COMMUNIQUE
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 21:20

MISE AU POINT DU SECRETARIAT GENERAL DE LA CENCO SUR LA PRESENCE DES ECCLESIASTIQUES DANS LA NOUVELLE COMMISSION ELECTORALE NATIONALE INDEPENDANTE (CENI, EN SIGLE)

*******************

 

 Pour tenir au clair l’opinion tant nationale qu’internationale, intéressée par la désignation d’un délégué de la sous-composante «Confessions religieuses» à la CENI selon la loi promulguée par le Président de la République, la Conférence Episcopale Nationale de la République Démocratique du Congo, CENCO en sigle, tient à préciser par le Communiqué du Secrétariat Général qu'elle n’a présenté aucun ecclésiastique pour être membre de la Commission Electorale Indépendante. Il va sans dire qu’un ecclésiastique qui s’engagera dans la CENI ira manifestement à l’encontre des dispositions canoniques de l’Eglise Catholique et de la position commune des Evêques de la CENCO.

  1. Dans leurs déclarations antérieures à  la promulgation de la loi sur la Commission Électorale Indépendante (CENI), les Archevêques et Évêques membres de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) avaient formellement interdit aux ecclésiastiques (prêtres, religieux et religieuses) de participer activement aux partis politiques et associations à caractère politique, ainsi qu’à la direction des institutions étatiques, quel qu’en soit le niveau, chargées d’organiser les élections[1] dans notre pays, la République Démocratique du Congo.
  2. Cette interdiction fut motivée par l’incompatibilité qu’il y a entre la mission des ecclésiastiques et les charges à exercer au sein de ces institutions étatiques. La mission des ecclésiastiques est de travailler à la communion de tous les hommes et de toutes les femmes en Jésus-Christ, au-delà de tous les clivages politiques et idéologiques. Et il n’y a que l’autorité ecclésiastique compétente qui peut, à certaines conditions, déroger à cette interdiction.
  3. A cet effet, la CENCO tient à préciser l’opinion tant nationale qu’internationale, intéressée par la désignation d’un délégué de la sous-composante «Confessions religieuses» à la CENI selon la loi promulguée par le Président de la République, qu’elle n’a pas présenté un ecclésiastique pour être membre de la Commission Electorale Indépendante.
  4. Il va sans dire qu’un ecclésiastique qui s’engagera dans la CENI ira manifestement à l’encontre des dispositions canoniques de l’Eglise catholique (cf canon 287; 672 et 739) et de la position commune des Evêques de la CENCO ci-haut rappelée.

Fait à Kinshasa, le 13 mai 2013

 

Abbé Félicien MWANAMA

2ème Secrétaire général adjoint de la CENCO


[1] Cf Comité Permanent de la CENCO, Déclaration sur le comportement des ecclésiastiques face aux échéances électorales en République Démocratique du Congo, Kinshasa, 10 décembre 2010.

Repost 0
Published by Abbé Félicien MWANAMA - dans COMMUNIQUE
commenter cet article