Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ANJASHI WA TSHUMBE
  • ANJASHI WA TSHUMBE
  • : Un espace web pour informations et communications, échanges et contacts, analyses, opinions et débats sur la vie. Champs d'intérêt: Vie de l'Église Catholique Romaine et vie en République Démocratique du Congo.
  • Contact

Profil

  • Pierre Claude OKONDJO
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.

Rechercher

9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 21:50

Africains, européens, asiatiques, océaniens ou américains, tous citoyens d’une même terre, d’une même humanité et pourtant, que de disparités entre pays riches et pays pauvres, entre l'Afrique et d'autres continents de la planète. La crise actuelle du Congo-Kinshasa le montre encore davantage. L’abondance de ses ressources naturelles  continue à compromettre et à menacer sa paix. Le président de la Conférence Episcopale du Congo-Kinshasa l'a démontré dans son adresse aux Pères Synodaux sur l'Afrique à cause de la guerre et de la violence imposées à la population de son pays.  

En faisant un état des lieux des retombées des guerres et des violences imposées à la RD Congo, l’on est obligé de fustiger les mensonges et les subterfuges utilisés par les prédateurs et commanditaires de ces guerres et violences. Le tribalisme sans cesse évoqué pour rendre compte de ces guerres en RDCongo n’est qu’un paravent. La diversité ethnique est instrumentalisée pour se donner l’occasion de piller les ressources naturelles. Notre Conférence Episcopale Nationale n’a cessé d’indiquer que «les ressources naturelles de la RD ongo alimentent la convoitise de certaines puissances et ne sont pas étrangères à la violence que l’on impose à sa population (…), tous les conflits se déroulent dans les couloirs économiques et autour des puits miniers». Les appels de la CENCO ont été finalement confirmés par les résultas des enquêtes des Nations-Unies qui ont abouti à la même conclusion. Les plans de balkanisation ourdis par les prédateurs pour créer des «Etats nains» en Afrique, manipulables à souhait par des puissants de ce monde qui agissent par les sociétés multinationales et des personnes relais en Afrique et spécialement en RDCongo s’inscrivent dans la même logique.

Nous déplorons le fait que la Communauté internationale ne fasse pas assez pour mettre fin à ces guerres et violences, en s’intéressant suffisamment à leurs véritables causes: le pillage des ressources naturelles. Elle s’est limitée à soigner les conséquences des guerres au lieu de s’attaquer avec détermination et de manière persuasive à leurs causes. Sur la même lancée, nous déplorons le fait que les souffrances et les vies humaines fauchées en RD Congo par ces guerres n’ont pas suscité la même indignation et la même condamnation lorsque cela arrive sous d’autres cieux. Sinon, comment expliquer la résurgence et la virulence des violences que l’on continue de condamner des bouts de lèvres sans envisager des actions efficaces de manière à mettre fin une fois pour toutes aux causes de ces violences. Ne partageons-nous pas la même humanité?

L’Eglise famille de Dieu en RDCongo a réussi à promouvoir plusieurs initiatives pour soulager tant soit peu les hommes et femmes, jeunes et enfants épuisés par ces guerres. Nous invitons l’Assemblée synodale à encourager la promotion, à travers les Eglises sœurs, des actions concertées et globales en vue d’une paix durable en Afrique.

Dans un monde où il devient de plus en plus évident que nous constituons un village global, des actions concertées et globales devraient être menées pour venir à bout des violences faites à l’Afrique par la prédation de ses ressources, aux fins de permettre finalement à ce continent, en ce début du troisième millénaire, de vivre également dans la paix et de se développer dans la solidarité avec les autres.

A cet effet, nous suggérons que ce Synode convie d’abord tous les chrétiens au nom de notre foi en Jésus Christ, Lui qui,  par son sacrifice suprême sur la croix,  nous a donné la vraie mesure de la dignité de chaque personne humaine; que ce Synode, ensuite,  invite tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté, au nom de notre humanité commune, à condamner et à dénoncer publiquement les commanditaires des guerres et des violences en Afrique. Sinon nous sommes complices du mal fait à notre frère.

Dans le même ordre d’idées, que ce Synode encourage des actions de plaidoyer de la part des différentes Eglises d’autres continents afin que, par la sensibilisation  des élus des peuples, la cause de l’Afrique soit entendue et des actions efficaces soient menées pour dissuader et persuader ces prédateurs à respecter les mesures éthiques et légales d’exploitation des ressources  naturelles propres à l’Afrique.

C’est le lieu de remercier les Conférences Episcopales sœurs pour leur solidarité et plus spécialement celle des Etats-Unis d’Amérique pour son implication dans le lobbying en faveur de la RD Congo, notre pays. Vis-à-vis des défis globaux qui déshumanisent la population africaine, c’est une conséquence pastorale de la catholicité de l’Eglise. Car nous croyons en l’Eglise une, sainte et catholique.

Au deuxième Synode sur l'Afrique
Rome, le 06 octobre 2009
+ Nicolas DJOMO LOLA
Evêque de Tshumbe
Président de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by + Nicolas DJOMO LOLA, Président de la CENCO - dans CENCO
commenter cet article

commentaires