Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : DIOCÈSE DE TSHUMBE
  • DIOCÈSE DE TSHUMBE
  • : Église Catholique au Sankuru, en République Démocratique du Congo.
  • Contact

Profil

  • Pierre Claude OKONDJO
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.

Rechercher

27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 22:14

Interview de Son Excellence Mgr Nicolas DJOMO (+N. Djomo), Évêque de Tshumbe, accordée à «ANJAASHI WA TSHUMBE» (ATSM), pour un bilan social et pastoral du Diocèse de Tshumbe au service du Sankuru, pendant la guerre d'occupation du Congo-Kinshasa.

 

 

Doctorat-Ab.-Claude-005.jpg1).-ATSM: Bonjour Excellence! Dans le cadre de l’organisation du Centenaire de l’évangélisation de notre diocèse (1910-2010), vous avez accepté de répondre à nos questions pour nous livrer en avant-goût le bilan de l’agir pastoral et social du Diocèse de Tshumbe au service du Sankuru pendant la période qui couvre le "pendant" et l'"après" la guerre qui n'a que trop duré au Congo-Kinshasa.

 

Depuis 1997, vous servez le Diocèse de TshumbeSainte Marie comme Évêque. Bientôt 13 ans seront accomplis. Vous avez manifesté votre sollicitude pastorale, non seulement au peuple de Dieu qui est à Tshumbe, mais aussi à toute la population du Sankuru qui vit au centre de la République Démocratique du Congo. Pour servir ce troupeau qui vous a été confié, on vous a vu souvent au four et au moulin en volant au secours de la population congolaise des Diocèses de Kole et de Tshumbe. Dites-nous, Monseigneur, quelles sont les réalisations concrètes que nous pouvons inscrire réellement à l’actif de votre Diocèse en faveur du Sankuru?

 

120708_mgr_djomo.jpg+ N. Djomo: Je tiens tout d’abord à vous remercier de l’opportunité que vous m’accordez pour parler de notre Église particulière et établir l'inventaire de ce que nous avons donné comme témoignage évangélique "pendant" et "après" la guerre que connaît la République Démocratique du Congo. Pendant cette période, en effet, les conditions de vie étaient très critiques dans une région enclavée, victime de l'abandon et de la démission de la responsabilité politico-administrative du pays qu'est le Sankuru.

Pour soutenir des réparations morales et physiques de nos fidèles et de toute la population du Sankuru, l'agir social et pastoral de notre Diocèse a puisé à la source de l'Evangile selon Saint Matthieu: "j'avais faim, et vous m'avez donné à manger; j'avais soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais un étranger, et vous m'avez accueilli; j'étais nu, et vous m'avez habillé; j'étais malade, et vous m'avez visité; j'étais en prison, et vous êtes venus jusqu'à moi!" (Mt 25, 35-36).
 

En fait, dans ses réalisations pastorales, notre Diocèse a couvert globalement 5 territoires administratifs du Sankuru: Kole, Lomela, Lodja, Katako-Kombe et Lubefu.

 

Ainsi donc:

·De 1999-2000, notre Diocèse a assuré l’importation de 12 tonnes de médicaments essentiels, -lot accordé par le Gouvernement Hollandais-, dont le transport, de Kinshasa à Goma, a été à charge de la Monuc. De Goma à Lodja le transport a été effectué par un avion affrété. La distribution de tous ces produits a été assurée dans les 5 Territoires à pied et à vélo, avec tous les risques que peut comporter une zone de guerre.

·En 2001, le premier Bateau Humanitaire «Boboto II», partit de Kinshasa à Bena-Dibele, chargé de 700 tonnes de biens de première nécessité: médicaments, sel de cuisine, habits, tentes, savons, etc. Cette opération avait nécessité la reconstruction de tous les ponts entre Bena-Dibele et Lodja, de façon à faciliter l’acheminement des biens vers Lodja. Les 5 Territoires en étaient bénéficiaires.

·En 2002, le deuxième Bateau Humanitaire ramena au Sankuru un millier de personnes qui avaient fuit la guerre pour se réfugier à Kinshasa. Ces personnes venaient de 6 Territoires du Sankuru, c’est-à-dire en plus de 5 précités, il y en avait en provenance du sixième Territoire qu'est Lusambo.
·Après d’âpres négociations, avec d’un côté le Gouvernement à Kinshasa et de l’autre,  les Chefs Rebelles à Goma, en vue de requérir les autorisations nécessaires, la réouverture de la ligne aérienne Kinshasa-Lodja par un vol du Programme Alimentaire Mondial (PAM) a été effective. Cette opération a été utile à tous les 5 Territoires.

·Projet Santé. Des négociations laborieuses, conduites par S.E. Mgr Stanislas Lukumwena et moi-même, ont été menées à Washington avec l’USAID,  pour convaincre cet organisme à confier des fonds aux partenaires pour des projets de santé au Sankuru: CRS, MERLIN, AXXES et MSH. Grâce à ce financement, le secteur de la santé continue à être servi jusqu’aujourd’hui par ces ONG. En plus des soins apportés aux populations, des dizaines de Centres de Santé ont été construits, et nos hôpitaux ont été réhabilités et rééquipés toujours au profit de 5 Territoires.

·Projet Éducation. Il a connu la publication du manuel "Tako dia Tondo" pour des enseignements en langue Otetela, parlée dans une étendue considérable du Sankuru, la réhabilitation et la construction de 90 Écoles Primaires, tous réseaux confondus, sur les 700 existants. Ce projet n’a pas pu couvrir les Territoires de Kole et Lomela à cause de la langue Otetela qui n’y est pas officiellement utilisée.

·Tricycles pour les "personnes diversement valides", jadis appelées les "handicapés physiques", notamment les enfants victimes de la polio, de façon à leur permettre d’aller à l’école. Ce projet n’a pu couvrir que les Territoires de Lubefu, Katako-Kombe, Lodja et la partie du Territoire de Kole située dans le diocèse de Tshumbe–Dibele et Yenga.

·Projet de lutte contre le VIH/SIDA: il a permis de soutenir des programmes de prévention, de traitement, de soins, de réinsertion sociale des malades tenus en quarantaine et d'éducation pour un changement de comportements dans la vie affective. Ce projet a profité à tous les 5 Territoires.

·Projet construction de petits ponts en bois et en béton armé: il a été réalisé dans les Territoires de Lodja, Katako-Kombe et Lubefu. Au total 7 petits ponts en bois et 5 en béton armé, permettent d'unir ces différents axes en les ouvrant au trafic.

·Projet Mfudu-eenga (Oiseau voyageur): il nous a permis d'obtenir, de nos amis et bienfaiteurs, des vélos distribués aux jeunes désoeuvrés à travers beaucoup de nos villages pour leur offrir de petites activités économiques. Les Territoires situés dans l’espace du diocèse de Tshumbe en ont été bénéficiaires.
·Le Petit Porteur CESSNA 206, est un projet réalisé en partenariat avec Wings of Home ("Ailes d'Espérance"), une organisation oeucuménique basée à St Louis, dans l'Etat de Missouri, aux USA. Si nous avons voulu doter notre diocèse de cet outil de transport aérien, c'est avant tout pour des objectifs pastoraux: nous faciliter le service de l'Evangile, en vue de porter Dieu à tous, et conduire tous à Dieu, faciliter également le travail médical au Sankuru.

Doctorat-Ab.-Claude-005.jpg2).-ATSM: Certaines régions du Sankuru ont été victimes de sinistres particuliers, tels la cécité des rivières, la résurgence de la maladie du sommeil, la malnutrition, le phénomène des enfants de la rue, le manque d’électricité dans les institutions sanitaires, les attaques des Maï-Maï et j'en passe. Qu’en avez-vous fait, Mgr?

 

120708_mgr_djomo.jpg+ N. Djomo: Nous les avons ciblées avec des projets y afférents.

·Dans les régions de Lusambo, Lubefu, Ndjeka et Onema-Ototo, un projet de lutte contre la cécité des rivières (Onchocercose) a été réalisé par notre Diocèse.

·Dans les régions de Wembonyama, Lubefu et Tshumbe, nous sommes allés en guerre contre la maladie du sommeil.

·Pour établir des contacts avec les victimes des attaques des Maï-Maï et leur assurer la distribution des ustensiles de cuisine, habillements, etc., un projet réalisé par notre Diocèse a permis la construction d’une «Route de la réconciliation» entre Kiomi et Polepole. Tous les ponts de cette route ont été construits en bois.

·Dans les régions de Minga, Lubefu, Katako-Kombe, Dibele, Yenga et Kole, un projet nutritionnel fut réalisé.

·Dans la cité de Lodja, centre du Sankuru, quelques projets d’assistance aux enfants de la rue ont donné naissance à l’ouverture d’un Orphelinat.

·Afin de renforcer les capacités opérationnelles de l’Hôpital Général de Référence de Lodja, notre Diocèse a pu obtenir un groupe électrogène qui l'alimente.

·Dans les régions de Katako-Kombe et d’Okidi-a-Lomami, un projet de distribution de kits d’ustensiles de cuisine et de table, des tentes, des couvertures, etc., a porté secours aux populations sinistrées par les attaques,  le racket et l’extorsion organisée par des Mai-Mai, seigneurs de guerre .

 

Doctorat-Ab.-Claude-005.jpg3).-ATSM: Excellence, sur «les nombreux défis d’évangélisation qui se posent aujourd’hui» au Sankuru, en général, et au Diocèse de Tshumbe, en particulier, il y a lieu de parler de «renouvellement du trousseau liturgique», de «la réfection et la construction de nouvelles infrastructures pastorales et administratives», c’est-à-dire, les églises, les hôpitaux, les maisons de résidence et de service, etc. Les hôtes militaires que le Diocèse de Tshumbe a hébergés depuis le déclenchement de la guerre ont beaucoup détruit par où ils sont passés. Quelles solutions avez-vous apportées à ces destructions et à la vétusté des infrastructures pastorales et administratives du Diocèse?

 

120708_mgr_djomo.jpg+ N. Djomo: Oui, la destruction de beaucoup de nos infrastructures a été vraiment méchante. Elle avait frappé, non seulement les infrastructures pastorales et administratives, mais aussi les infrastructures scolaires et sanitaires du Diocèse. Le vol et la profanation des objets de culte a été déploré. Face à ces destructions, à la vétusté des infrastructures coloniales et à la maigre capacité des infrastructures administratives dont dispose notre Diocèse, nous avons décidé de réhabiliter les plus urgentes et de renforcer les capacités des infrastructures administratives avec la réalisation de certains projets de construction.

· Ainsi, la réhabilitation de l’Hôpital Général de Référence de Katako-Kombe, avec la coopération Belge/Solidarité protestante, est passée en acte depuis 2008.

·La construction de l’église paroissiale de Lodja Saint Désiré, dont les travaux se poursuivent, est une grande fierté pour notre Diocèse. Elle est la plus grande église de toute notre Province Ecclésiastique du Kasai avec en vue 1.200 places assises, selon l’estimation de l’Architecte.

·Une autre église est sur le point d’être inaugurée dans la paroisse St Charles Lwanga de Ndjeka.

·Beaucoup de nos écoles, primaires et secondaires, détruites ou construites en pisée, ont été réhabilitées et construites en matériaux semi-durables.

·La construction d’une résidence pour l’Évêque de Tshumbe a été portée à terme.

·La construction de l’Orphelinat Ste Thérèse de l’Enfant Jésus est également terminée. Elle a été inaugurée et bénie le 23 décembre 2009 et est déjà fonctionnelle. Nous en sommes au second Orphelinat dans notre Diocèse.

·Radio «Osase», Radio Communautaire, la «Voix de l’Evêque» est opérationnelle bien qu’elle fonctionne encore dans les locaux provisoires et ce moyen de communication social, je dois le reconnaître, nous est un précieux moyen d’évangélisation.

·Avec des ponts lancés sur les axes Tshumbe-Wembonyama-Lubefu et Tshumbe-Katako-Kombe-Lodja, notre Diocèse a déjà donné et continue à donner sa contribution au désenclavement du Sankuru.

 

Doctorat-Ab.-Claude-005.jpg4).-ATSM:  Quels sont les projets qui restent encore en vue dans l’agenda du Diocèse? 

 

120708_mgr_djomo.jpg+ N. Djomo: L’agenda de notre Diocèse est bien chargé, monsieur l’Abbé. En somme, nous avons des travaux en cours d’exécution  et des projets en vue.

 

A. Projets en cours d’exécution:

·La construction d’une Chancellerie pour l’administration centrale du diocèse a des travaux en cours.

·La construction d’un Centre Pastoral également a des travaux en cours.

·La construction d’un Centre de Ressourcement Spirituel se poursuit.

 

B. Projets en vue:

·La construction d’un troisième et d’un quatrième Orphelinat de notre diocèse aura son site à Lodja sous la gestion des Sœurs Passionistes et à Bena-Dibele.

·Une maison pour personnes âgées à Shinga Ste Véronique. Les travaux devraient débuter au cours de cette année 2010.

·Un Complexe scolaire privé (de la Maternelle au Secondaire) s'érigera à Shinga Ste Véronique et dont le financement est bien assuré par la Communauté de l’Emmanuel.

·Le projet de construction d'un Centre pour des "personnes diversement aptes", celles qu'on appellait jadis les "Handicapés", est dans la phase de recherche de financements.

 

Doctorat-Ab.-Claude-005.jpg5).-ATSM: Selon les dispositions de la nouvelle Constitution de la République Démocratique du Congo, le nouveau découpage territorial compte le Sankuru parmi les nouvelles Provinces du pays. Excellence, que pensez-vous de cette réalité en terme de projet?

 

120708_mgr_djomo.jpg+ N. Djomo: Pour accueillir comme il se doit cette nouvelle entité administrative de notre pays chez nous, notre Diocèse s’applique à plus d’un titre dans la réalisation de certains projets:

·La construction de la route Lusambo-Lubefu jusqu'à Lodja avec les fonds de la Coopération Technique  Belge (C.T.B.). Méthode IMO, construction d’ouvrages d’art. Les travaux seront exécutés par la C.T.B.

·La construction de la route Lodja-Tshumbe-Wembonyama-Shilo-Manda jusqu’à la Lomami. Fonds  FONER (fonds du Gouvernement de notre pays). Méthode IMO. Construction d’ouvrages d’art. Exécution confiée  à notre Diocèse.

·Le projet PAIDECO Sankuru: projet financé par la Coopération Technique Belge. Réhabilitation des infrastructures immobilières des  chefs-lieux des Territoires. Ce projet a été sollicité par le Diocèse, mais l’exécution sera assurée par la C.T.B.

 

Doctorat-Ab.-Claude-005.jpg6).-ATSM: Retenez-vous encore quelques défis à relever dans le Diocèse de Tshumbe, Mgr?

 

120708_mgr_djomo.jpg+ N. Djomo: Lorsque nous aurons achevé la série des constructions en cours, il va falloir se mettre de toute urgence à la construction de chapelles à travers les villages et les Communautés Ecclésiales Vivantes. C’est un des défis que je retiens très urgent.

 

Doctorat-Ab.-Claude-005.jpg7).-ATSM: Auriez-vous quelque chose d'autre à ajouter, Excellence?

 

120708_mgr_djomo.jpg+ N. Djomo: Je voudrais remercier distinctement tous ceux qui, de l'une ou de l'autre manière, ont contribué à donner vie à tous les différents projets. Grâce à la collaboration de tous les membres de la communauté diocésaine, notre Église Particulière a donc pu apporter divers soulagements aux populations du Sankuru fortement éprouvées par de longues années de guerre et leurs conséquences: je pense ici aux prêtres, aux religieux et religieuses, aux laïcs engagés, aux agents de nos différents bureaux diocésains, qui, portés tous par la même espérance et par souci d’évangélisation, nous avons pu témoigner de l’amour de Dieu pour tous et étendre la compassion du Christ à tous les sinistrés du Sankuru.

D’une façon toute particulière, je dis toute ma gratitude à mes  collaborateurs et confrères dans le sacerdoce, eux qui ont toujours su percevoir mes intuitions, les encourager  et surtout les traduire en projets concrets. Pour la réalisation de certains projets, beaucoup d’entre eux ont dû travailler nuit et jour: signe de leur amour pour notre peuple et notre cher Sankuru.

 

Au nom de la communauté diocésaine je remercie, de tout cœur, nos partenaires, amis et bienfaiteurs d’Outre-Mer. Sans leur générosité il ne nous aurait pas été possible de réaliser ces projets.

 

Le diocèse entier est tout aussi reconnaissant envers nos différents bureaux diocésains chargés de la réalisation de ces projets: Caritas-Tshumbe (projets d’urgence), BDOM (projets santé), Rêves-Éducation (projets éducation), Commission Justice et Paix (projets liés à l’éducation civique et à la protection des groupes vulnérables), Bureau des constructions (pour les constructions d’édifices ecclésiastiques). Que soient ici remerciés les Directeurs de ces bureaux ensemble avec leurs équipes. Nous devons beaucoup à leur sens d’abnégation, à leur dévouement  ainsi qu’à leur dynamisme.

 

Avec la fin de la guerre et de la période post-conflit, une nouvelle ère pourra bien commencer, celle de la reconstruction générale et du développement. L’Église, dont la mission essentielle et primordiale reste l’annonce de l’évangile de Jésus-Christ, accompagnera toujours notre État dans ses efforts pour le développement de notre pays, conformément aux recommandations de la Doctrine Sociale de l’Église.

 

Merci à vous aussi, monsieur l’Abbé, pour la réalisation de cet organe de liaison et d'information.

Doctorat-Ab.-Claude-005.jpg8).-ATSM: C'est à nous que revient le plaisir de ce grand honneur, Excellence. Ce n'est pas toujours évident qu'en 13 ans d'épiscopat on puisse abattre un travail de telle envergure. Nous vous en savons gré.  



Propos recueillis par monsieur l'Abbé Claude OKONDJO
Administrateur du blog.-  

Mgr Djomo bateau Scan04

Mgr Djomo pirogue Scan06

Mgr Djomo distribution vivres Scan02

HGR DIKUNGU PHOTOS Abb+® LOWA 044

P1040021

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Abbé Claude OKONDJO - dans MESSAGE EPISCOPAL
commenter cet article

commentaires