Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ANJASHI WA TSHUMBE
  • ANJASHI WA TSHUMBE
  • : Un espace web pour informations et communications, échanges et contacts, analyses, opinions et débats sur la vie. Champs d'intérêt: Vie de l'Église Catholique Romaine et vie en République Démocratique du Congo.
  • Contact

Profil

  • Pierre Claude OKONDJO
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.

Rechercher

17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 11:19

Pas de répit pour les congolais.  Après deux mois et demi de contestation courageuse en République Démocratique du Congo  et partout ailleurs dans le monde, au prix de nombreuses pertes en vies humaines, d'arrestations arbitraires et de tortures, voire davantage, les congolais entrevoient autrement la fin d'un régime honni: renverser la table de la Commission Électorale Indépendante (CENI) et celle de la Cour Suprême de Justice (CSJ) pour rétablir la légitimité et la légalité du pouvoir. Le grand rendez-vous  de jeudi 16 février 2012 aura proposé le canevas sur lequel écrire une fois pour toutes la nouvelle histoire du Congo. Le canevas d'auto-détermination et de prise en charge  de soi présenté au monde dans les rues de différentes capitales des pays impliqués directement ou indirectement dans la triste situation que connaît la RDC.

 

Un certain 16 février 1992, les rues de Kinshasa baignaient du sang des chrétiens tombés sous les balles de la Division Spéciale Présidentielle (DSP) et alliés du Maréchal MOBUTU.  Alors qu'ils réclamaient pacifiquement la réouverture de la Conférence Nationale Souveraine (CNS), institution nationale devant donner le signal de départ au processus démocratique, ils avaient succombé sous les balles des ennemis de la démocratie; aujourd'hui, 20 ans après, des milliers de manifestants ont choisi de commémorer, dans la non-violence, la journée des  "premiers martyrs de la démocratie".

 

Le jeudi, 16 février 2012, à travers les rues de la République d'un Congo qu'ils veulent à tout prix Démocratique et dans les rues de beaucoup de pays en Afrique, en Europe, en Asie, en Amérique ou en Océanie, les congolais ont décidé de braver la peur de la mort pour faire usage de leur droit naturel et constitutionnel d'expression.

 

Répondant aux consignes des organisateurs, à Kinshasa les manifestants se sont refusés de porter les drapeaux des Partis Politiques, de lancer des insultes à qui que ce soit, mais de se munir exclusivement de la Bible, du Coran, du Chapelet, de la Croix, des insignes Religieux, des images  des Saints Archanges et martyrs. Le long du parcours ils pouvaient entonner des Chants Religieux, bref faire preuve de la Non Violence devant les Policiers et militaires. En cas d’obstacle, il était vivement recommander de dialoguer pour obtenir le passage ou s’asseoir par terre, priant et/ou entonnant les Chants Religieux. Mais hélas! Des attaques, de la brutalité, des arrestations ou du lancement des bombes lacrymogènes sur la foule ont été des ingrédients qui ont déchanté les observateurs. 

 

Ils étaient très nombreux, enfants, jeunes, vieux, hommes et femmes congolais et amis du Congo, à descendre dans les rues de Kinshasa, de Bruxelles, de Paris, de Dublin, de la Haye, de Toronto, etc. pour célébrer le 20ième anniversaire du massacre des chrétiens du 16 février 1992 et réclamer la restitution de la légitimité dans le respect de la vérité des urnes.

 

Se reconnaissant seul contre tous, jeudi 16 février 2012, le peuple congolais a affronté les parterres de chars  déployés dans les rues de Kinshasa et la vague de froid qui sévit en Europe pour livrer un message de protestation contre ceux qui veulent lui imposer des dirigeants de la honte, de la tricherie, de la fraude et de la mascarade. Il "refuse", par ce geste, la confiscation de sa souveraineté et "s'oppose" à toute velléité d'être dirigé "par défi". Il accuse la communauté internationale et dénonce sa complicité dans les viols, le vol, le massacre, les  détentions arbitraires et la mascarade électorale du 28 novembre 2011 et  plaide pour le changement et l'instauration d'un État de droit.

 

De slogans scandés, on pouvait entendre: "Le Congo aux congolais", "Le diamant aux congolais", "L'or aux congolais", "Le cobalt aux congolais", "L'uranium aux congolais", "Le  Zinc aux congolais", "Le cuivre aux congolais", "Le coltan aux congolais", etc. Bref, un message  de dénonciation de la grande escroquerie de la richesse de la Répuplique Démocratique du Congo orchestrée par les multinationales pendant que son peuple croupit dans la pauvreté et la misère la plus noire.

 

 

Sur les calicots et banderoles des manifestants, on pouvait lire entre autres messages: «Nous Exigeons la Démission de la CENI; "Toboyi ba Résultats ya lokuta": "Non à la Tricherie"; "Ba Soldats mpe ba Policiers, Peuple ezali mpe kobundela Bino"; "Nous Rejetons les Élections du 28 /11/2011"; "Tozali ko soutenir CENCO", "La démocratie en danger en RDC", "Le peuple a choisi, respectez son vote", "Nous dénonçons les viols des femmes, filles et enfants et toutes formes de violence sur la population congolaise".

 

Estimant que les objectifs ont été atteints, à savoir la grande mobilisation des congolais, les organisateurs de différentes marches restent confiants dans la suite des actions non violentes.

 

Les Communiqués de Presse, Messages et Déclarations de différentes organisations nationales et internationales, repris ci-après, parlent de ce dont elles ont été témoins:

 

"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

  I.-  COMMUNIQUES DE PRESSE ET DECLARATIONS D'INDIGNATION DES ORGANISATIONS LOCALES:

 

1.1.- Collectif des ONGDH de la RDC

_____________________________

COMMUNIQUE DE PRESSE


Attaques contre les paroisses catholiques et la brutalité policière

 

Les Organisations non gouvernementales de défense des droits de l’homme (ONGDH) dénoncent les attaques contre les paroisses de l’église catholique et la brutalité policière.

 

Ce 16 février 2012, Les ONGDH ont observé la marche pacifique des chrétiens organisée par le Conseil de l’Apostolat des Laïcs Catholiques Congolais (CALCC) à travers la ville de Kinshasa pour commémorer le vingtième anniversaire du massacre des chrétiens et croyants du 16 février 1992, aussi réclamer la justice et la vérité des urnes et la démission du bureau de la Commission Électorale Nationale Indépendante(CENI).

 

Tôt le matin les ONGDH ont observé une présence policière aux alentours de certaines paroisses et une circulation des véhicules anti-émeute avec à leur bord des policiers lourdement armés.

 

Au cours de la marche pacifique, les chrétiens accompagnés de leurs clergés dont certains étaient en soutane blanche portant des bibles, chapelets, crucifix, statuettes de Marie et autres images sacrées, priaient et chantaient des cantiques religieux.

 

Les ONGDH ont observé des attaques contre les paroisses catholiques à divers endroits de la ville de Kinshasa. A titre illustratif:


- À la paroisse Saint Joseph de Matonge dans la commune de Kalamu, les chrétiens scandant des cantiques étaient rejoints par les marcheurs venant de la paroisse Sainte Marie Goretti de KAUKA aux environs de 8 heures. Vers 8 heures 40, la Police Nationale Congolaise (PNC) s’est mise à lancer intensément des bombes à gaz lacrymogène dans l’enceinte de ladite paroisse;

 

- À la paroisse Saint Raphaël, sur le Boulevard LUMUMBA, dans la commune de LIMETE, le judoka Munshi alias «Chaleur», de la Ligue des jeunes du PPRD, à la tête d’un groupe des jeunes armés des machettes, menaçait d’entrer dans l’enceinte pour s’attaquer aux chrétiens;

 

- À la paroisse Saint Gabriel à Yolo sud dans la commune de Kalamu, les policiers ont lancé des bombes à gaz lacrymogène pour disperser les chrétiens qui étaient dans l’enceinte de la paroisse;

 

- A La paroisse Saint Kizito au quartier Kingabwa; quatre camions lance-eau, deux grands camions transportant les policiers ont encerclé l’église empêchant le mouvement des chrétiens;

 

- A la paroisse Saint Dominique de Limete, les policiers ont jeté des bombes à gaz lacrymogènes dans l’enceinte.

 

La brutalité sur les personnes a été observée dans tous les points de départ de la marche.

 

- A la Paroisse Saint Joseph de Matonge, des femmes ont été frappées dans tous les alentours de la paroisse. Le bureau des Amis de Nelson Mandela pour les Droits humains a été violé par des policiers à la recherche des marcheurs. Plusieurs personnes ont été arrêtées dont les Abbés Placide Okalema, Bernard Mimbayi, Leon Matiti ainsi que deux religieuses;

 

- Le Curé de la Paroisse Saint Raphaël et les chrétiens qui se trouvaient sur l’avenue de l’Université, ont été brutalisés et repoussés dans l’enceinte de leur paroisse par les agents de la PNC;

 

- A la paroisse Saint Dominique de la 13ème rue de la Commune de Limete résidentielle, les chrétiens ont été brutalisés, arrêtés et amenés dans la Jeep 02 0076 de la légion PIR commandée par le Colonel Elvis. Il s’agit notamment de: Madame Suzi, messieurs Paul Kitenge, Bilomba François et Constant Kangudi;

 

- Sur l’avenue Kimwenza à Yolo-Sud dans la commune de Kalamu, la PNC s’attaquait à tout passant. M. Robert Ilunga Numbi, Directeur Exécutif de l’ONG Amis de Nelson Mandela pour les Droits humains (ANMDH) a été brutalisé et son téléphone extorqué;

 

- A Saint Benoît au quartier Lemba 9, pendant que les chrétiens sortaient de la paroisse, la police a lancé des bombes à gaz lacrymogènes.

 

Les ONGDH condamnent fermement tous les actes de violence, brutalité, arrestations arbitraires commis par les éléments de la PNC.

 

Les ONGDH estiment que les éléments de la PNC devraient protéger la population conformément aux prescrits de la constitution garantissant les libertés fondamentales, notamment le droit d’exprimer son opinion sur la gestion de la chose publique, le droit de manifester publiquement et le droit de demander à ce que sa cause soit entendue.

 

Les ONGDH font leur, les revendications des croyants et demandent à ce que la leur cause soit entendue, notamment: la démission des dirigeants de la CENI et le rétablissement de la vérité des urnes.

 

Enfin, les ONGDH recommandent à ce que toutes les personnes arrêtées soient immédiatement relâchées sans condition.

 

Fait à Kinshasa, le 16 février 2012

Les ONGDH:

 

* Action contre l’Impunité pour les Droits humains (ACIDH)

* ANGES DU CIEL

* Amis de Nelson Mandela pour les Droits Humains (ANMDH),

* Association Africaine de défense des Droits humains (ASADHO)

* CODHOD

* LIGUE DES ELECTEURS

* Observatoire des Droits humains (OCDH)

* Oeuvre Sociale pour les Développement (OSD)

* Réseau d'Education Civique du Congo (RECIC)

* TOGES NOIRES             

* Voix des Sans Voix (VSV)

 

1.2.- COMMUNIQUE DE PRESSE DE L'UE LOCALE

 

Déclaration locale de l'Union européenne suite à l'interdiction de la marche pacifique du 16 février 2012

 

Kinshasa, 16 février 2012 

 

 

La Délégation de l'Union européenne en République démocratique du Congo, en accord avec les Chefs de Missions des États Membres de l'Union européenne accrédités en RD Congo, a fait ce jour la déclaration suivante: 

 

L'Union européenne réaffirme l'importance qu'elle attache au respect des libertés publiques, y compris le droit de manifestation et d'expression exercé d'une manière responsable.

 

L'Union européenne regrette l'interdiction de la marche pacifique qui devait se dérouler le 16 février, et la décision du Ministre de la Communication et Médias de couper les signaux de cinq chaînes de télévision et de radio.

 

L'Union européenne déplore les incidents survenus lors de l'intervention des forces de l'ordre, notamment aux alentours des lieux de culte de Kinshasa.

 

L'Union européenne appelle les autorités de la RD Congo à prendre les dispositions nécessaires afin de garantir les droits et libertés d'expression de tous les citoyens dans cette période cruciale pour l'évolution démocratique du pays et de créer les conditions nécessaires à l'instauration d'un débat politique ouvert.

________________________

Pour plus d'informations, veuillez contacter:

M Cyprien Banyanga Byamungu

Chargé de presse et information à la Délégation de l'Union européenne en RDC

Tél: +243 81 89 466 95

Courriel: cyprien.banyanga-byamungu@eeas.europa.eu

Site Internet: http://eeas.europa.eu/delegations/congo_kinshasa/

 

_____________________________________________________________________

Délégation de l'Union européenne en RDC

14ème niveau, Immeuble BCDC, Boulevard du 30 juin

Kinshasa/Gombe

Tél: +243 81 33 125/126/127

       +243 81 70 06 656

Fax: 00243 81 555 46 34

Courriel: Delegation-rep-of-congo@eeas.europa.eu

 

1.3.-DENONCIATION DE LA NOUVELLE SOCIETE CIVILE CONGOLAISE (NSCC)

 

RESEAU NATIONAL DE 200 ONGS SANS BUT LUCRATIF & APOLITIQUE
NEW CONGOLESE CIVIL SOCIETY - NATIONAL NETWORK OF 200 NGOS IN DRC


La NSCC dénonce la répression de la marche pacifique des
chrétiens et la brutalité de la police 


 Kinshasa, 17 février 2012, Le Centre de Monitoring des droits humains et Élection (CMDHE) de la Nouvelle société civile congolaise(NSCC) dénonce la répression de la «Marche des chrétiens» qui s’est déroulée ce 16 février 2012 à Kinshasa.

 

L’on se souviendra, que les autorités ecclésiastiques de l'Église catholique avaient demandées à leurs fidèles d’exprimer d’une manière pacifique leur mécontentement en rapport les résultats des élections du 28 Novembre 2011, les jugeant non conformes à la justice et à la vérité des urnes.

 

La NSCC déplore la brutalité de la police au sein de la paroisse St Joseph de Matonge sur la place Victoire, à Lemba, à Ndjili, et à Kingambua etc. face aux paisibles manifestants avec comme seuls moyens de défense des rameaux et des chansons chrétiennes, l’arrestation de prêtres, soeurs religieuses et militants des droits humains à Kinshasa. Par ailleurs, la NSCC n’arrive pas à comprendre la fermeture de trois stations radios proche des organisateurs de la manifestation (RTCE) et l’opposition congolaise (CCTV et Canal Kin). Cette situation d’atteinte grave aux droits de manifestation et de liberté d’expression met en danger le processus démocratique en RDC si on n’y prend pas garde et à temps.

 

La NSCC exige la réouverture immédiate des ces trois chaînes de télévision sans condition ainsi que le respect des droits des manifestants pacifiques par le gouvernement de la RDC.

Enfin, la NSCC réclame la libération des personnes arrêtées pour avoir exercé leurs droits démocratiques.


Coordination Nationale

_________________________________________________________________________
La Nouvelle Société Civile Congolaise(NSCC) est un vaste réseau national sans but lucratif et apolitique de 200 associations (églises, syndicats, ONG des droits des humains, femmes, jeunes, ONG de lutte contre l’exploitation illicite des ressources naturelles de la RDC, et de développement durable et éducation etc.). Enregistrée au Ministère de la justice N°Just./SG/20/1050/2009-Récépissé n°F.92/12.827 La NSCC a pour mission les revendications et aspirations des sans bouches congolais. La NSCC mène le plaidoyer pour le bien être de la population congolaise dans différents secteurs de la vie nationale. La NSCC a été crée le 13 février 2009 et son siège social est à Kinshasa

 

"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

II.- TOUR DU MONDE DE LA MARCHE DU 16 FEVRIER 2012:

 


 

Réalité de la marche à Kinshasa



  Marche des congolais de Belgique à Bruxelles

 


  Marche des congolais de France à Paris 

 


   Marche des congolais du Canada  à Toronto 


  Marche des congolais de Hollande à la Haye


  Sit in de prières des congolais de Grande Bretagne
devant le bureau du Premier Ministre

   

Marche des congolais d'Irlande à Dublin

 

La route vers la vraie démocratie en République Démocratique du Congo est elle encore longue? Est elle ardue? Peut-être, mais les martyrs du 16 février 1992, au prix de leur sang, avaient déjà jeté les bases. Il faut leur emboîter les pas. Le 16 février s'est achevé, mais la gestion du 16 février reste encore à faire.

 

"Si Dieu est pour notre Congo, qui sera contre  notre Congo?" (Rm 8, 31).


Puisse ces paroles de Saint Paul Apôtre soutenir notre être, notre penser et notre agir afin que la République Démocratique du Congo parvienne à asseoir une culture réelle de la démocratie.


 Abbé Claude OKONDJO.-

Partager cet article

Repost 0
Published by Abbé Claude OKONDJO - dans EVENEMENTS
commenter cet article

commentaires