Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : DIOCÈSE DE TSHUMBE
  • DIOCÈSE DE TSHUMBE
  • : Église Catholique au Sankuru, en République Démocratique du Congo.
  • Contact

Profil

  • Pierre Claude OKONDJO
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.

Rechercher

18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 11:30

En République Démocratique du Congo, il ne se passe pas des jours sans effusion de sang.  A cause d'une guerre délibérément négligée, pour des raisons inavouées, mais bien évidentes, l'Église Catholique, devenue la cible des cibles, continue à pleurer ses ministres et se agents pastoraux. Un des derniers cas sont les deux assassinats produits en l'espace de 48 heures, dans l'archidiocèse de BUKAVU, à savoir l'assassinat de l'abbé Daniel CIZIMYA (la nuit du samedi 05 au dimanche 06 décembre 2009) et celui de la Révérende Soeur Denise KAHAMBU MUHAYIRWA (lundi 07 décembre 2009). Un prêtre ému adresse à son confrère un message de sympathie pour lui assurer de sa communion dans la prière.

 AssassinatsrDenisefotbest005-copie-1

LETTRE DE SYMPATHIE D’UN PRETRE

DU CONGO-KINSHASA

AU DIOCÈSE MEURTRI DE BUKAVU

ET À TOUS LES COMPATRIOTES SÉQUESTRÉS DE L’EST

 

Au Révérend Abbé Richard MUGARUKA

Professeur à l’Université Catholique de Kinshasa

Diocèse de BUKAVU

RDCONGO.-

 

 

Cher Confrère et Professeur Richard,

 

En tant que prêtre de la République Démocratique du Congo, originaire du Sankuru, au Kasai-Oriental, j’ai appris avec tristesse, deux décès successifs du personnel ecclésiastique engagé au service de l’Église du Christ qui est à BUKAVU, à savoir l’Abbé Daniel et la Sœur Denise, survenus en ce mois de décembre 2009.

Je vous écris en mon nom personnel et au nom de tous les confrères du Congo-Kinshasa, émus comme moi, pour vous assurer de notre communion dans la prière aux efforts que déploie l’Église Catholique de Bukavu par le truchement, la bravoure et la sollicitude pastorale de Son Excellence Mgr François-Xavier Maroy afin d’émouvoir la
fraternité universelle, réveiller la solidarité nationale et internationale en vue d’une solution pacifique et sans effusion de sang.

 

Monsieur l’Abbé, au moment où nous nous apprêtons à célébrer la venue du Messie, alors que beaucoup d’entre nous sont pris dans les préparatifs liturgiques des communautés paroissiales, ma pensée se tourne vers  vous et toute l’Église locale de Bukavu, pour unir mon humble prière à celle de ceux qui prient pour notre Congo et surtout pour votre Diocèse.

 

Avec vous, par ce message, je viens traduire mon union de cœur à tous les ecclésiastiques, à tous les compatriotes de Bukavu et aux fidèles du Diocèse meurtri devenu la proie des affres d’une guerre négligée, victime de l’impunité du pouvoir judiciaire national et international et opprobre du silence coupable des décideurs de ce monde et des dirigeants de notre pays.

 

Avec vous et par vous, je m’adresse à tous les frères et sœurs de Bukavu, aimables compatriotes. L’épreuve que vous traversez et que vivent tous ceux qui partagent avec vous cette portion de terre nationale, est terrible et déshumanisante. Elle révolte. Mais en dépit de la violence que vous subissez, en dépit de l’indifférence dont vous êtes l’objet, la ténacité et l’espérance dont vous faites preuve font ma pleine admiration. Je vous en exprime sincèrement toute ma sympathie.  

 

Cette sympathie se mue en compassion dès lors que je ressens les exigences et les devoirs que la souffrance de l’autre m’impose. Autrement dit, la véritable compassion est aussi action. Contrairement à une pitié passive et méprisante, la compassion est donc active et respectueuse. Elle consiste à se mettre à la place de l’autre, à rentrer en sympathie avec lui jusqu’à comprendre sa souffrance et l’aider, dans la mesure du possible, à la surmonter en trouvant le geste ou la parole juste. C’est ici que nous pouvons comprendre plus d’une fois les gestes éloquents de l’épiscopat du Kivu et de Son Excellence Mgr François-Xavier qui, à cause de la violence persistante dans son diocèse et dans l’Est du pays décida, jeudi 8 octobre 2009, de regagner la République Démocratique du Congo, pays déchiré par les affres d’une guerre injuste, délibérément négligée et où l’Église est devenue une cible privilégiée.

           

Dans le contexte difficile que vit le pays, je crois que le sens de la justice, le respect des personnes, le désir de la paix doivent guider les actes et inspirer les décisions courageuses qui s’imposent. Le Congo-Kinshasa nous appartient, monsieur l’abbé, nous ne pouvons pas le déserter continuellement, comme d’aucuns le font, en tant que demandeur d’asile, comme déplacé de guerre ou encore comme réfugié. Nous devons plutôt le défendre jusqu’au prix du martyr et de tout ce qui nous est cher.           

C’est pourquoi, au prix des jeûnes et des mortifications, au prix de nombreuses manifestations de protestation, au prix des grèves de la faim et des chaînes nationales et internationales de solidarité qu’entreprennent ça et là les fils et filles du Congo-Kinshasa, laïcs et religieux, il y a lieu d’espérer un Congo libéré, libre et fort.

 

«Soyons fermes, purs et fidèles», pour ne pas paraphraser Charles de Gaulle face à face aux combattants de la liberté. Au bout de nos peines, il y a l’honneur du Grand Congo, la plus grande gloire qui défiera la complicité du monde pour magnifier la détermination des hommes qui n’ont pas cédé. Ne cédons donc pas. Ouvrons notre démarche de lutte à la conjugaison des efforts des uns et des autres pour qu’elle soit collective et attentive en nous débarrassant de ses entraves de la peur, de trahison, d’égoïsme et de gain facile.

 

Puisse la célébration de la venue du Sauveur dans la simplicité de la crèche inspirer à tous les enfants du Congo-Kinshasa l’audace des gestes que réclame la justice et fortifier ceux que le désespoir menace parfois.

 

Avec mes souhaits de fructueux temps de l’Avent à tous les cœurs blessés!           

Abbé Claude OKONDJO
Prêtre du Congo-Kinshasa
Diocèse de Tshumbe.-

RIP!
Guerre-RDC-militaires.jpg

4912d521091bf_zoom.jpg

Assassinat-sr-deniseausol00.jpg

AssassinatsrDenisesang002

AssassinatsrDeniseenquete003

AssassinatsrDenisesangfo006.jpg
AssassinatsrDenisejambe004-copie-1

assassinatsrDeniseveillee0010

      

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Abbé Claude OKONDJO - dans ANNONCE DU DECES
commenter cet article

commentaires