Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : DIOCÈSE DE TSHUMBE
  • DIOCÈSE DE TSHUMBE
  • : Église Catholique au Sankuru, en République Démocratique du Congo.
  • Contact

Profil

  • Pierre Claude OKONDJO
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.
  • Prêtre du Diocèse de Tshumbe, en République Démocratique du Congo. De formation philosophique et théologique. Certifié en anglais auprès de "The Language Center of Ireland". Docteur en Sciences de Communication Sociale Institutionnelle.

Rechercher

28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 16:15

1. Bonjour, ma Sœur! Voulez-vous vous présenter brièvement aux lecteurs de "ANJASHI WA TSHUMBE"?

​R/ Je m'appelle Soeur Henriette ATANDJO OTEMANYO, religieuse franciscaine du Diocèse de Tshumbe.

 

2. Vous êtes religieuse de la Congrégation diocésaine des sœurs de Saint François d’Assise fondée et implantée dans l’Église particulière de Tshumbe. Vous venez de séjourner à Rome pendant plusieurs mois. Est-ce pour un pèlerinage ou pour des soins de santé?

R/ Non, ni pour l'un ni pour l'autre. J'ai séjourné à Rome pour une formation    sur "la protection de l'enfant" (Child Protection). Cette formation a été organisée par le Département de la Psychologie de l'Université Pontificale Grégorienne de Rome. Elle a réuni les délégués de plusieurs nationalités: Italiens (deux membres), Indien (un membre), Malawite (un membre), Sud-africain (un membre), Tanzanien (un membre), Kényans (quatre membres), Pérouvien (un membre), Mexicain (un membre), Américain (un membre), Coréen (un membre), Zambien (un membre), Érythréen (un membre) et R.D. Congolais (un membre). 

 

3. À quel titre y étiez-vous: comme déléguée de votre Diocèse ou comme membre de votre Congrégation respective? Et les enseignements, comment les receviez-vous?

​R/ J'étais à Rome au nom de la Conférence Épiscopale Nationale de la République Démocratique du Congo. À ce titre, j'avais représenté l'Église Catholique qui est en RDC. Quant aux enseignements, avec le support de Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication (NTIC), ils étaient dispensés en Anglais. La plus part des délégués étaient ressortissants des pays anglophones.

 

4. Si l'on vous demande d'évaluer votre séjour à Rome, qu'en direz-vous?

R/ Depuis la fin du XXème siècle l'Église Catholique fait face aux nombreux abus dont les enfants sont victimes. Il est donc hors de question de banaliser le problème. Je suis contente d'avoir vécu un séjour meveilleux et très agréable à Rome. Le temps y passé m'a permis d'ouvrir mes horizons et d'acquérir des connaissances indispensables sur la protection de l'enfant, notamment sur le phénomène des abus sexuels envers les mineurs. Il était plus que temps que l'on s'y penche. En outre, à la fin de la formation, chacun de nous a eu à présenter un travail traitant d'un aspect des enseignements reçus avant de se voir octroyer un  "Diploma in safeguarding of minors" (Diplôme sur la protection des mineurs).  

 

5. Pouvez-vous nous révéler l'intitulé et le bref contenu de votre travail?

​R/ "La formation et l'information, clef de la prévention des abus sexuels sur mineurs dans les écoles catholiques. Cas de la République Démocratique du Congo".  Tel est le titre et le sous-titre de mon travail. La RDC, avec une population estimée à plus ou moins 70.000.000 d’habitants, est un pays majoritairement chrétien. De cette population, 48.1%, selon de nombreux chercheurs, sont constitués des jeunes de moins de 15 ans. Une tranche d'âge qui, dans la société, constitue une catégorie des sujets vulnérables. Leur protection est une obligation. Et pour mieux les protéger, il est plus sage d'agir en amont qu'en aval, c'est-à-dire plus juste d'informer et de former que de chercher à résoudre. En d'autres mots, les initiatives préventives ont souvent un plus grand effet que les mesures palliatives. "Mieux vaut prévenir que guérir", dit-on.

 

6. "Abus sexuels sur mineurs en République Démocratique du Congo". Est-ce un rêve ou une réalité?

R/ En République Démocratique du Congo, le phénomène des abus sexuels sur mineurs n'est pas un rêve, c'est plutôt une réalité. On ne peut le couvrir ou l'étouffer. L'Église catholique, prenant à coeur sa responsabilité de protéger les enfants, prône la tolérance zéro​. De la réalité des abus sexuels en RDC. Une étude menée par UNICEF révèle que 46% des élèves de sexe féminin ont confirmé être victimes de harcèlement et d’abus sexuel de la part de leurs enseignants ou d’autres membres du personnel de l’école. Tant à Kinshasa qu'à l'intérieur du pays, les actes d'abus sexuel sur mineurs sont fréquents. Sur le banc des accusés, on identifie non seulement des acteurs politiques et des opérateurs économiques, mais aussi des enseignants, des responsables des groupes de jeunes, des parents, des ecclésiastiques... 

 

7. Quel rapport établissez-vous entre «abus sexuel sur mineur» et «la pédophilie»?

R/ - "L’abus sexuel sur mineur, comme l'expression l'indique, est un mal que l'on inflige à un sujet qui a moins d’habileté  mentale et cognitive, enfant ou adolescent, qui parfois n’a pas de décision et dépend des autres. Il est généralement âgé de moins de 18 ans. De là, nous pouvons définir "abus sexuel sur mineur" comme "la participation d’une personne n'ayant pas atteint la mojorité civile à des activités sexuelles qu’elle n’est pas en mesure de comprendre, qui sont inappropriées à son âge et à son développement psycho-sexuel". Néanmoins, l’expression “abus sexuel” est complexe car elle couvre, non seulement les passages à l’acte, mais également les comportements et les intentions. Le concept “abus” associé à un enfant est généralement utilisé pour décrire un acte perpétré en dehors des normes culturelles acceptées. L’abus est donc défini comme étant “un mauvais usage, un usage excessif, (…), une injustice, (…) un mauvais traitement à l’égard d’une personne qui n’est pas en état de se défendre». Un contact sexuel exercé sur un enfant par un adulte ou une personne nettement plus âgée à des fins de plaisir sexuel, c’est abuser sexuellement de mineurs. Les enseignants ou le personnel éducatif du sexe masculin tirent souvent avantage de leur situation d’autorité et de confiance pour se livrer à des abus sexuels sur les mineurs.

- "La pédophilie" par contre est une tendance pour une personne âgée de 16 ans au moins à être sexuellement attirée par des enfants à l’âge pré-pubère (enfants de moins de treize ans). Cependant, cette attirance doit se manifester pendant une certaine période de 6 mois au moins pour diagnostiquer qu’un individu est pédophile. Au-delà de la puberté, on ne doit plus employer le terme pédophilie ou pédophile, mais on doit parler d’abuseur sexuel d’enfants. Cette confusion vient du fait qu’au regard de la loi, comme nous l'avons dit plus haut, l’enfant désigne celui qui n’a pas encore l’âge de la majorité civile (18 ans dans de nombreux pays et dans tous les textes internationaux). Au Canada, on parle aussi de "hébéphile" pour désigner celui qui est sexuellement attiré par des jeunes adolescents pubères (garçons ou filles).

 

8. À en croire le contenu de votre travail, la prévention des abus sexuels sur mineurs en République Démocratique du Congo reposerait sur la formation et l'information. En quoi la formation est-elle utile pour cette prévention?

​R/ L'utilité de la formation dans la prévention des abus sexuels sur mineurs repose sur l'intelligence même du concept "formation". Le terme formation peut avoir diverses significations, mais nous, nous l'entendons ici comme acquisition de compétences. Dans le cas d’espèce, former et informer dispose l'apprenant à acquérir des indications, des renseignements, bref un ensemble de pistes de solutions pour prévenir le fléau d’abus sexuel. Car celui-ci met le monde en danger. Le mineur y est considéré comme un objet sexuel, celui de la perversion de l'autre. Ce qui compte pour l'abuseur ce n’est donc pas la personne du mineur, mais la jouissance éprouvée lorsque, par ruse ou par force, il réalise sur lui (le mineur) telle activité sexuelle précise.

 

9. Pour collaborer à la protection des mineurs en tant que religieuse et en tant que citoyenne de votre pays, qu’attendez-vous de la Conférence Épiscopale Nationale et de l’État congolais?

​R/ - En tant que religieuse, j'attends de la Conférence Épiscopale Nationale de la RDC, dont j'ai été l'envoyée à Rome, des moyens susceptibles de mettre en pratique la formation reçue. Concrètement, je voudrais, avec l'implication de la CENCO, "me disponibiliser" à former les acteurs éducatifs scolaires et parascolaires, à sensibiliser les parents et les animateurs des Communautés Ecclésiales Vivantes dans toute l'étendue de notre pays. De cette manière, il y a lieu d'éviter des procès à charge contre l'Église, notre institution divine, dans sa responsabilité de protéger les enfants au sein des écoles, des Mouvements d'Action Catholique ou des structures pastorales semblables. Abuser sexuellement d'un mineur est une "monstruosité", pour reprendre le qualificatif du pape François; c'est un mal qui offense gravement Dieu et blesse la dignité de la personne humaine créée à son image.

- En tant que citoyenne de mon pays, je demande aux pouvoirs législatif et judiciaire de prendre conscience des comportements déviants et d'intervenir avec force pour lutter efficacement contre les mauvais traitements infligés aux enfants et pour réprimer les infractions sexuelles. La vigilance aux atteintes à la dignité et aux droits des mineurs doit être permanente.

 

10. Qui, selon vous, peut représenter les acteurs éducatifs scolaires et parascolaires?

R/ Les acteurs éducatifs scolaires sont représentés par les parents, les enseignants, les cadres scolaires (chefs d'établissements, inspecteurs d'enseignement) et les élèves. Tandis que les acteurs éducatifs parascolaires sont constitués par la police, les médecins et les hommes de droit. 

 

11. Voulez-vous conclure?

R/ Je retourne dans mon pays, la République Démocratique du Congo, après quelques mois de formation très enrichissants à Rome. Avant d'en faire rapport à qui de droit, je voudrais remercier tout d'abord la Conférence Épiscopale Nationale de la République Démocratique du Congo de la confiance témoignée à ma personne et de l'espoir que cette confiance témoigne quant à l'avenir. Le séjour que je viens d'effectuer en Italie m'a permis de découvrir non seulement la beauté de la capitale de l'Église Catholique romaine, mais aussi et surtout de vivre une expérience riche d’apprentissages et de relations humaines. Merci donc à Mgr Nicolas DJOMO, président sortant de la CENCO, de l'attention qu'il a accordée avec son équipe à l'objet de ma formation. La formation dont je suis bénéficaire fait désormais de moi la figure d'une potentielle collaboratrice de l'Église Catholique qui est en RDC. Je voudrais également exprimer ma profonde gratitude à la Sacrée Congrégation pour l'évangélisation des peuples, la "Propagande Fide", pour avoir tout mis en oeuvre afin que, spirituellement et matériellement, le déroulement de ces assises soit un vrai succès. Ma reconnaissance va aussi à l'endroit de ma chère Congrégation, la Congrégation des Soeurs de Saint François d'Assise de Tshumbe, pour le soutien des consœurs dans leurs prières. Pour finir, je voudrais vous remercier sincèrement, monsieur l'abbé, pour l'opportunité que cet organe diocésain de communication m'accorde. Je souhaiterais que, par ce canal, les professionnels de l’enfance et de l’éducation, et le grand public, puissent avoir à leur disposition des informations susceptibles d’être capitalisées. Qu'au profit des écoles conventionnées catholiques de la RDC et des communautés chrétiennes s'ouvrent de nouvelles pistes de réflexion pour la prévention et l’éradication du phénomène des abus sexuels.

 
 

Propos recueillis par:

Abbé Pierre Claude OKONDJO

pour "ANJASHI WA TSHUMBE".-

LA PRÉVENTION DES ABUS SEXUELS SUR MINEURS DANS LES ÉCOLES CATHOLIQUES DE LA RDC
LA PRÉVENTION DES ABUS SEXUELS SUR MINEURS DANS LES ÉCOLES CATHOLIQUES DE LA RDC
LA PRÉVENTION DES ABUS SEXUELS SUR MINEURS DANS LES ÉCOLES CATHOLIQUES DE LA RDC
LA PRÉVENTION DES ABUS SEXUELS SUR MINEURS DANS LES ÉCOLES CATHOLIQUES DE LA RDC
LA PRÉVENTION DES ABUS SEXUELS SUR MINEURS DANS LES ÉCOLES CATHOLIQUES DE LA RDC
LA PRÉVENTION DES ABUS SEXUELS SUR MINEURS DANS LES ÉCOLES CATHOLIQUES DE LA RDC
LA PRÉVENTION DES ABUS SEXUELS SUR MINEURS DANS LES ÉCOLES CATHOLIQUES DE LA RDC
LA PRÉVENTION DES ABUS SEXUELS SUR MINEURS DANS LES ÉCOLES CATHOLIQUES DE LA RDC
LA PRÉVENTION DES ABUS SEXUELS SUR MINEURS DANS LES ÉCOLES CATHOLIQUES DE LA RDC

Partager cet article

Repost 0
Published by Rédaction "ANJASHI WA TSHUMBE" - dans SCIENCE ET CULTURE
commenter cet article

commentaires